Je dépoussière… | Gaïa de Yannick MONGET

Résultat de recherche d'images pour "gaia yannick monget"

4ème de couverture :

Et si un jour l’homme prédateur devenait la proie, à son tour menacé d’extinction ? 
Le monde sombre dans le chaos : un phénomène nouveau et inexpliqué affecte les écosystèmes du monde entier. Le comportement des animaux est bouleversé, les espèces végétales sont frappées d’impossibles mutations alors qu’une étrange épidémie se répand, qui pourrait causer la mort de millions de personnes. 
Au coeur de la forêt tropicale amazonienne, Alexandre Grant, P.-D.G. d’une société de biotechnologie américaine, rencontre Anne Cendras. La célèbre biologiste française est convaincue que ce cataclysme n’a rien à voir avec le réchauffement climatique, mais qu’il menace la survie de toute l’humanité. 
Aucun gouvernement ne sait comment enrayer ce phénomène et déjà le contact est rompu avec certaines régions du globe. Seuls quelques individus, que tout oppose en apparence, sont bien décidés à comprendre et à lutter?

Mon avis (2012) :

J’avais entendu parler de la sortie de ce livre d’anticipation basé principalement sur l’écologie etc… écrit par un homme plutôt connu dans le monde écologique. Pour ma part, je ne le connaissais pas mais j’ai fait quelques recherches afin d’en apprendre plus sur l’auteur de ce livre qui m’aura somme toute tenue en haleine du début à la fin.

J’ai été tout de suite intriguée, de part la personnalité de l’auteur mais aussi par la couverture et la pub faite pour ce livre. Grâce à la promo sur les livres numériques j’ai pu le découvrir. Je ne suis pas déçue, loin de là, mais le fait de l’avoir en numérique me plaît beaucoup plus que de l’avoir en papier chez moi. Déjà pour le fait que c’est plus « écologique » (en référence avec la base du livre) mais aussi parce qu’en fin de compte il n’aurait pas servi à grand chose que je paie autant pour que je ne le lise qu’une seule fois…

J’ai aimé cette lecture, du début à la fin, tout d’abord pour ces personnages et ensuite pour l’histoire. Le personnage de Grant, patron d’une grande entreprise m’a fait penser à tous les préjugés que l’on peut avoir sur ce genre de personnes… Peu regardante sur l’économie et voulant faire du profit à tout prix. Au départ, Grant leur correspond mais au fur et à mesure on va découvrir un nouveau visage de ce personnage qui se révélera pleins de surprises. La seule chose que j’ai trouvé étrange voir trop énorme face à l’histoire c’est que comme par hasard les groupes de survivants ne soient composés que de chercheurs, militaires, pilotes, pompiers etc… Pas beaucoup de vrais civils dans cette histoire à part le petit Tiago qui n’a pas un grand rôle dans celle-ci.

L’histoire est vraiment passionnante, on se pose des questions, tout comme les protagonistes, on échafaude des hypothèses à partir de rien et on extrapole. Gaïa est-elle un mythe ou une véritable entité ? C’est la question dominante. On arrive à avoir un semblant de réponses dans les derniers chapitres du livre et cette réponse est un peu étonnante voire exagérée face au reste de l’histoire. Je ne suis pas déçue car c’est une surprise, je ne m’attendais pas à ce genre de fin mais je ne pensais pas non plus que ce serait si « gros ». Ce livre ne laisse pas vraiment indemne pourtant est-ce que le fait de réfléchir sur nos comportements nous fera changer notre façon de vivre ? Je ne pense pas. Cela aura un impact très minime sur la population de lecteurs. L’auteur nous met en garde sur nos habitudes mais en fait-il de même chez lui ? C’est cette question que je me pose. 

En bref, ce livre pose des bases de questions qui sont générales mais se termine sur de la fiction. Ainsi, on peut vraiment se demander si cela peut arriver ou non ? J’ai ressenti une animosité de la part de l’auteur mais je n’ai pas réussi à dire vers qui elle était dirigée. En tout cas, j’ai lu ce livre avec passion et envie. Je le conseille vivement que ce soit pour sa base véridique que pour le final totalement science-fiction.

Publicités

Les forêts d’Acora de Thomas CLEARLAKE

Couverture Les forêts d'Acora

4ème de couverture :

Dans un futur très lointain, aux confins de l’univers, à des milliers de cycles-lumière de notre galaxie…l’Homme, l’un des premiers colons intergalactique, a porté la semence de notre civilisation sur des planètes fertiles, au cœur de systèmes habités, où il est maintenant une espèce intelligente parmi une multitude d’autres…
Dans cet univers infiniment vaste, certaines galaxies et systèmes tentent de s’organiser, de trouver une harmonie commune… ailleurs, la technologie sur développée, la matière artificielle, les systèmes méta-évolutifs, ont corrompu l’évolution naturelle. L’éternelle soif de pouvoir a érigé des Empires intergalactiques qui sèment le chaos et dictent leurs lois à des civilisations soumises…dans d’autres régions intersidérales encore, des formes de vies primitives luttent pour leur survie…
À travers l’espace, depuis la nuit des temps, un Ordre bienveillant œuvre dans le plus grand secret au maintien de l’équilibre et à l’unification du Cosmos.
Mon nom est Jaadhur. Je suis un descendant humain…et je suis devenu Ujhaï, une Sentinelle de Vij Saati, l’Alliance universelle secrète.
Ceci est l’histoire de ma vie, mais c’est aussi et surtout celle d’une quête dont dépendra l’avenir de notre Univers.

Mon avis :

Si je pouvais résumer cette histoire en quelques mots ce serait : complexe, infini et intriguant.

En effet, il ne faut pas se fier aux premiers chapitres et réellement insister pour découvrir l’univers d’Acora. On rencontre dès le départ notre héros principal : Jaadhur. Un jeune homme, orphelin et expatrié de sa planète natale lors d’une guerre. Il n’a pas de souvenir de ses parents ni de son enfance. Il a été adopté par quelqu’un qui va lui ouvrir les portes d’une entité respectée à travers l’univers : Vij Saati.

Au début, j’avoue avoir eu beaucoup de mal à m’imprégner du contexte. En effet, certains points peuvent faire fuir le lecteur. Tout d’abord, l’auteur écrit au passé simple (alors je ne sais pas s’il est français ou si c’est une traduction) mais c’était vraiment laborieux à lire. Puis, on comprend difficilement ce qu’il se passe car on débute l’histoire par un « retour » dans le passé, un flashback. Ensuite, on repart sur le présent et la conjugaison qui va avec. J’ai bien mis une centaine de pages à enfin comprendre où voulait en venir l’auteur et ce qu’il se passait réellement.

Les personnages sont assez nombreux et j’ai trouvé qu’à part Jaadhur, ils étaient mal présentés. Je n’ai d’ailleurs pas retenu leurs noms. Deux acolytes accompagnent Jaadhur dans ses aventures et une femme, qui fait également partie de cette entité, appartient à son coeur. J’aurai aimé que l’auteur s’attarde un peu plus sur le passé de ses personnages et leurs caractères. Mis à part les flashback de Jaadhur, on n’apprend pas grand choses sur eux. Je peux comprendre qu’avec un univers pareil composé de plusieurs créatures et planètes cela peut être compliqué de tout résumer en quelques phrases. Malgré tout ce sont des personnages sympathiques à suivre et leurs échanges sont parfois accompagnés d’une touche d’humour.

Ce qui m’a fait le plus apprécier cette histoire c’est le fait que l’univers m’a semblé familier et m’a souvent fait penser à « Stargate« . Si on enlève les voyages à travers la porte etc… on trouve quelques similitudes avec les voyages à la vitesse de la lumière, les espèces à découvrir, les planètes et une équipe qui joue le rôle de « médiateur » au milieu, un ennemi « répliquant » que les fans de la série sauront reconnaître. Les paysages découverts grâce à ces différents voyages sont particulièrement intrigants et je suis avide d’en connaître un peu plus. L’auteur a su créer de toutes pièces un univers composé de planètes et d’une faune et une flore bien distincte de ce que l’on a déjà pu voir. Rien que pour cela il faut savoir tirer son chapeau. Bien sur, j’ai préféré la planète Acora qui joue un rôle important dans cette histoire et je suis curieuse de la redécouvrir dans les prochains tomes.

Malgré les petits défauts liés à un premier opus, il faut avouer que quand on réunit les personnages, l’univers, la prophétie qui lie Jaadhur à tout le reste, un ennemi comme on les aime, qui a l’air d’être impossible à vaincre et une touche mystique cela forme une histoire plausible et absolument intéressante. Passé la moitié du livre j’avais hâte de retourner dans ma lecture pour découvrir le fin mot de l’histoire. Je suis juste un peu triste que cette fin m’est été « gâchée » par une erreur d’impression dans le livre. En effet, les 5 dernières pages avant la fin ont été mal imprimées et n’étaient pas dans l’ordre. J’ai quand même réussi à retrouver l’ordre après quelques minutes. Ce qui m’a fait passer la pilule c’est que la maison d’édition a été très réactive et m’a remercié d’avoir trouvé ce problème et va me faire parvenir un nouveau livre qui n’aura pas ce défaut.

Pour conclure, je ne conseillerais pas ce livre à un débutant en Science-Fiction mais à un habitué du genre. Ce livre a tout pour plaire malgré ses débuts tâtonnants et un peu brouillons. Il faut vraiment insister pour découvrir un univers élaboré et intéressant. Je suis curieuse de lire la suite car j’ai quand même envie de connaître le fin mot de cette histoire.