Je dépoussière… | Myrihandes, le secret des Âmes-soeurs de Guilhem MERIC

Couverture Myrihandes, le secret des âmes-soeurs

4ème de couverture :

Sur la montagne Pan-Kaïa, Sisam et Helya vivent dans les Trois Cités jumelles. Séparés par un destin malheureux, ils se retrouvent quinze ans plus tard pour apprendre qu’ils sont des Âmes-Soeurs capables de faire revivre les Myrihandes, des êtres aux pouvoirs de légende, traqués par le mystérieux seigneur Kryom. Pour libérer les autres Âmes-Soeurs prisonnières, ils vont devoir tout apprendre de ce lien qui les unit et qui pourrait faire d’eux le plus sage et plus puissant des Myrihandes…

Mon avis (2011) :

Une agréable lecture, une jolie histoire et un mythe que je trouve très bien exploité!

Cette lecture m’a fait rêver, je n’ai pas vu passer les 500 et quelques pages, j’ai été plongée très vite dans l’histoire et au final j’ai adoré !

Quoi de mieux que de lire un livre basé sur le mythe des Âmes-soeurs ? C’est une chose auquel je crois et la lire même dans un monde fantastique m’a énormément plu et m’a emporté sur plusieurs points.

Je ne connaissais pas M. MERIC mais sa plume m’a transporté avec facilité dans les cités de la montagne de Pan-Kaï. Le style est simple, les descriptions sont dosées comme il le faut et j’ai apprécié le monde créé par l’auteur. C’est un peu un peuple vivant en Autarcie où les citoyens vivent dans le mensonge depuis des centaines d’années. J’ai un peu pensé qu’ils se prenaient pour Dieu dans leur montagne au milieu des nuages. L’auteur a su créé quelque chose de nouveau dans cet océan de livres et d’histoires aussi différentes les unes des autres et c’est ce qui m’a le plus plu.

L’histoire en elle-même comme je l’ai déjà dit est très intéressante. On rencontre Sisam et Helya (prénom ravissant d’ailleurs) qui sont enfants et construisent une relation, au départ d’amitié, très forte. Mais Helya est arrachée à Sisam et on les retrouve tous les deux 15 ans plus tard. S’en suivra une folle histoire, savamment dosée, où se mêlent de vieux mythes perdus et enfouis volontairement par les Gouverneurs des Cités. Cet amour liant les Ch’ken, les Âmes-soeur ou encore Flamme Jumelle (merveilleuse façon encore de les nommer), est beau, magnifique et fort. Quel plaisir de lire cet amour dans les lignes si romantiques qu’écrit l’auteur. On comprend que les Ch’ken sont poursuivis et exterminés voire exploités. Sisam et Helya vont devoir affronter de nombreux obstacles avant de s’unir réellement. Ils vont être aidés de plusieurs personnages aussi différents et attachants les uns que les autres. Ils vont d’ailleurs rencontrer un Myrihandes, Nisis et Oriance, deux flammes Jumelles qui s’aiment, j’ai trouvé cet amour vraiment beau et pur, aidés d’Ecleïs qui va nous surprendre plus d’une fois durant le livre. Puis Oros, le meilleur ami de Sisam, qui est un gros nounours et Farf, qui est pour moi l’un des personnage les plus intéressant, car il n’est pas humain et a la capacité de naître vieux et de mourir jeune. J’espère que dans la suite on rencontrera certains de ses congénères et que l’auteur nous en révélera plus sur eux.

Au final, c’est un livre à ne pas manquer. Je suivrais avec plus d’impatience les écrits de cet auteur qui a une plume raffinée et très douce à lire. C’est ce qui m’a le plus marqué dans son style. Cependant, ce n’est pas un coup de coeur, malgré la bonne note, car il m’a manqué peut-être un peu plus de magie et de descriptions/explications dans l’histoire des Myrihandes ou des personnages.

 

Publicités

La voie des Oracles d’Estelle FAYE | Tome 1 & 2

Mon avis sur le tome 2 se trouve en bas de l’article.

Couverture La Voie des Oracles, tome 1 : Thya

4ème de couverture :

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.

Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.

Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.

Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

Mon avis :

Estelle FAYE est une auteure que j’ADORE, je ne le répète peut-être pas assez mais c’est autant son style d’écriture que la personne en elle-même que j’apprécie. Si tu l’as déjà rencontré tu sauras de quoi je parle. Estelle a une façon de parler, d’exprimer ses idées et une façon d’être que j’admire.

Bref, je ne suis pas là pour faire son éloge (quoi que un peu quand même) mais pour te parler du dernier livre que j’ai lu d’elle : La voie des Oracles, Tome 1. Alors, autant être franche tout de suite, je m’attendais à autre chose vu le sujet de l’histoire et de ce que j’ai lu auparavant d’Estelle.

On rencontre Thya, une jeune fille de 16 ans qui m’a rapidement exaspéré. Elle est jeune et est restée confinée dans une Villa Romaine toute sa vie, elle ne sait donc pas comment vivre dans le monde extérieur et comment réagir à certaines situations complexes. Même si je lui trouve des excuses, je ne me suis pas attachée à son caractère et ce qui lui arrive. Ce côté jeunesse m’a parfois posé problème et c’est ce que je regrette car il faut bien avouer que c’est difficile de s’impliquer dans la lecture d’un livre quand on n’accroche pas à son personnage principal. Pourtant et heureusement, un personnage va sauver et redresser cet état de fait : Enoch. Ce dernier m’a beaucoup fait penser à Chet (dans Un éclat de Givre), de part sa vie, son métier et ce qu’il est, a fait tout de suite écho en moi. Soit, il est très présent dans l’histoire et il arrive à rendre l’histoire très intéressante notamment par son passif et je pense qu’Estelle nous réserve quelques surprises le concernant par la suite. Les personnages secondaires sont également intéressants. Chacun apportera un petit quelque chose qui fera grandir Thya afin qu’elle se rende enfin compte de son potentiel.

Ensuite, je n’ai pas retrouvé la poésie des mots d’Estelle qui me plait tant et c’est ce qui m’a le plus déçu. Estelle a une façon d’écrire très poétique, elle décrit les sentiments et les paysages d’une façon très imagée et arrive à nous faire entrer dans son monde. On remarque quand même l’étendue de ses recherches sur le contexte historique et sur les lieux où vont s’aventurer nos protagonistes. Cela reste dommage car cette histoire a beaucoup de potentiel notamment grâce à la magie et aux paysages à couper le souffle (cf. mes Vosges natales). Estelle est passée un peu au dessus de ça avec une grande partie de l’histoire centrée sur la fuite de Thya et l’action ne viendra qu’au 3/4 du livre. Quand je parle d’action, je parle de la Magie, des êtres magiques (autre que Thya), des Dieux etc… Cela se ressent aussi par le fait qu’au début du livre on nous présente un Faune, qui a quand même pour rôle de protéger Thya, qui ne sera presque jamais présent dans l’histoire. Il va apparaître ça et là pour donner des coups de pouce et ensuite il ne fera plus que de la figuration… La magie n’est donc pas réellement représentée et c’est ce qui m’a le plus manqué.

Alors, malgré tout, j’ai apprécié cette lecture même si on ne dirait pas. J’ai préféré la dernière partie du livre. L’action y sera palpitante et on devine que l’auteur en garde un peu (trop ?) sous le pied pour la suite. Cette dernière partie est passée très vite et je me suis retrouvée à lire les dernières lignes avec une intense frustration. J’ai envie de savoir ce que va devenir Enoch, ce qu’on va encore découvrir sur son passé, l’évolution de sa relation avec Thya et Aylus… Bref, j’ai hâte de voir ce que ça va donner et j’espère que la magie de l’écriture d’Estelle fera à nouveau son effet sur moi.

https://i0.wp.com/amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/8760376.jpg


4ème de couverture :

Parce qu’Aedon les poursuit sans relâche, Thya, Aylus, Enoch et le Sylvain minuscule fuient dans les terres barbares jusqu’aux confins de l’Asie.

Sur les routes, ils vont découvrir des mondes différents, colorés, fabuleux, aux magies millénaires, aux mythologies fascinantes. Un univers plus vaste et plus étrange que tout ce qu’ils auraient pu imaginer.

Leurs rares alliés sont en péril. Aedon, toujours plus menaçant et plus trouble, a conclu un pacte avec des créatures des Enfers. Pour survivre, Thya doit percer le secret des anciens Oracles, mais l’intervention d’Enoch risque de tout changer.

Car ce nouveau monde, s’il les force à se révéler, pourra aussi les perdre…

Mon avis :

J’ai été bien surprise par cette lecture ! Estelle FAYE m’avait pourtant prévenue quand j’ai acheté son livre aux Imaginales 2017. Je précise que je suis surprise dans les tous les sens du terme. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’Estelle allait faire subir à ses personnages. Ce n’est pas faute de connaître sa plume à présent vu tous les livres que j’ai pu lire d’elle.

Ce tome 2 est la suite directe du 1er tome. Thya, Enoch et Aylus sont toujours les personnages principaux de cette aventure et ils vont devoir faire face à de très nombreux obstacles. Thya continue d’avoir des visions mais ces dernières ne présagent rien de bon et ont des répercussions désastreuses sur la jeune femme. Les Dieux sont bien plus présents également dans ce tome et jouent à des jeux qui pourraient causer la perte du monde de nos héros.

J’ai encore eu du mal avec le personnage de Thya. En fait, je lui en veux pour tout ce qui arrive aux autres personnages. C’est assez injuste je sais, mais je ressens vraiment des sentiments contradictoires pour elle et son rôle. Elle détient l’avenir du monde entre ses mains et pourtant elle continue de faire n’importe quoi au péril de la vie de ses compagnons. Ca m’a exaspéré au plus haut point. J’ai préféré suivre les aventures d’Enoch, du Faune et des Dieux qui interviennent à divers moments de l’histoire.

En effet, Estelle va séparer les groupes. On va suivre ces différents groupes dans leurs diverses péripéties. Comme tu le sais, si tu as lu mon avis sur le 1er tome, j’ai eu un réel coup de coeur pour Enoch et je ne suis pas satisfaite de ce que Estelle lui fait subir durant toute l’histoire. J’ai eu mal au coeur à de nombreuses reprises même si à présent je comprends l’illustration de la couverture de ce tome. Enoch joue également un rôle décisif dans ce tome et mon seul réconfort c’est ce que ressentira Thya face à tout ça.

Je ne sais pas si c’est moi mais j’ai eu parfois l’impression que les actions étaient décousues et temporellement inexactes. Je m’explique. En fait, quand on passe d’un groupe à l’autre on n’a pas vraiment de repères temporels. Notamment, à un certain moment, où on perd de vue un groupe et qui réapparaît soit disant 3 mois plus tard, je n’ai pas vraiment compris ce décalage. J’ai aussi eu du mal à comprendre comment certaines actions se mettaient en place. Alors j’ai peut-être râté des passages ou alors j’étais fatiguée au moment de ma lecture mais parfois ça m’a perturbé car je ne savais plus comment les personnages s’étaient retrouvés à un endroit ou avec certaines personnes.

Le personnage du Faune est à nouveau absent pendant plusieurs passages du livre et il réapparaît à la fin du tome comme un cheveu sur la soupe. Il y a beaucoup trop de facilités pour donner des explications aux actions des personnages. Encore une fois, je pense que le fait que cette histoire cible principalement les jeunes n’est pas bénéfique à la plume d’Estelle. Il y a trop de blancs ou de fils décousus. C’est vraiment dommage car si on ajoutait quelques chapitres en plus, juste pour avoir des explications claires et précises, ne nuirait en rien à la lecture.

Pour conclure, j’attends de voir le final de cette saga pour vraiment me faire un avis global. En fait, je pense que j’en attendais trop et que mes espérances face à l’avenir de certains personnages étaient trop fortes. J’ai quand même passé un bon moment de lecture même si c’était assez sporadique pour que j’apprécie pleinement ma lecture. Je regrette trop le destin de certains personnages et le manque de profondeur dans le caractère de Thya.

 https://i1.wp.com/amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/e2_orig.png