La princesse des glaces de Camilla LACKBERG

4ème de couverture :

Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint. Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard ? encore une mise en scène de suicide…

 

Mon avis :

Un livre passionnant et haletant menée par une jeune femme épatante.

J’ai passé un superbe moment avec cette lecture. On me vantait depuis longtemps la plume de Camilla LACKBERG et je comprends maintenant l’engouement autour de ses histoires.

On m’a conseillé de les commencer dans l’ordre et je suis ravie de l’avoir fait. L’histoire débute avec la découverte d’une jeune femme qui s’est apparemment suicidée dans son bain. On rencontre rapidement Erica, l’héroïne principale, une jeune femme qui écrit des biographies et qui se retrouve par pur hasard sur l’affaire de ce suicide. La femme décédée n’est autre qu’une amie d’enfance et Erica va se faire un point d’honneur à suivre l’évolution de l’enquête sur sa mort.

J’ai tout de suite accroché à la plume de l’autrice. Le livre était bien choisi car il se passe dans un pays du Nord, la Suède, et il y fait un froid de canard comme en ce moment chez moi. L’autrice décrit parfaitement bien les lieux où se passent l’action et les émotions des personnages. J’ai vraiment eu l’impression de regarder un film. Tout était net dans mon esprit et je n’ai pas été perdue une seule fois durant l’enquête. Je n’ai même pas réussi à deviner qui était le coupable. Je n’en reviens toujours pas car dans la plupart des livres de ce genre je devine toujours qui est le coupable avant la fin à quelques pages près. C’est donc ce qui m’a vraiment emballée dans cette histoire. L’autrice ne dévoile pas les découvertes de ses personnages tout de suite et nous laisse nous poser pleins de questions sur les différents rebondissements qui jalonnent l’histoire. Le lecteur reste un observateur extérieur malgré le fait que l’on suive particulièrement Erica et sa vie en dehors de cette enquête.

Erica est un personnage que j’ai apprécié suivre. C’est une femme bien en chair, jolie mais pas vulgaire et qui se remet du décès de ses parents comme elle le peut. Elle a une manière d’aborder les choses qui m’a plu. Elle ne juge jamais et créé des relations plutôt forte avec les différents protagonistes. J’ai aimé suivre ses déductions et sa logique. Ses retrouvailles avec un ami d’enfance apporte une touche de romance et d’amour qui adoucit l’ambiance du livre qui est plutôt sombre. Patrick, cet ami, est un personnage que j’ai trouvé drôle, presque enfantin face à Erica, pourtant il enquête avec assurance. Comme Erica, Patrick aborde les protagonistes/suspects avec délicatesse et empathie. J’ai apprécié cette façon de voir la vie et son humanisme face à certaines situations qui en laisserait plus d’un sur les nerfs.

J’ai réellement accroché à cette histoire, à l’autrice et à ses personnages. J’ai donc hâte de les retrouver dans d’autres aventures et vu l’engouement et le nombre de livres déjà paru je sais que je serais comblée. La fin m’a plu et je n’en attendais pas plus pas moins. C’est comme si toute cette histoire coulait de sources. Je ne me suis pas du tout sentie dans une fiction et cela m’encourage à lire plus de romans de ce genre. Moi qui suis passionnée d’enquête criminelle, je suis comblée et je compte bien creuser un peu plus ce genre à partir de maintenant.

Publicités

Je dépoussière… | En toute confiance d’Ann RULE

Couverture En toute confiance

4ème de couverture :

Dany et Joanne Lindstrom essaient en vain d’avoir un enfant, et ces échecs répétés rejaillissent sur leur couple. Espérant raviver la magie des premiers jours de leur amour, ils partent camper sur la côte ouest, dans la chaîne des Cascades.

Mais l’escapade romantique tourne au cauchemar. Dany disparaît dans des circonstances mystérieuses et Joanne se retrouve livrée à elle-même, perdue dans une nature hostile. Son seul espoir réside dans un autre randonneur, qui lui propose de la guider jusqu’à la ville la plus proche. Il semble bien connaître la forêt et ses dangers. La jeune femme n’a pas le choix : pour survivre, elle doit lui faire confiance…

Mon avis :

Ce livre ne m’a pas laissé de marbre et je peux même dire qu’après l’avoir refermé, je ne suis pas tranquille, il me laisse un sentiment étrange.

Cette histoire est un peu choquante mais avant cela je vais vous donner mes impressions.

L’auteur a réalisé un gros travail en amont car les personnages ont un véritable passé, une histoire et un caractère travaillé dans les moindres détails. La bonne moitié du livre leur est dédiée. J’en suis parfois venu à me demander si elle ne voulait pas dédouaner le pervers de ce livre… Par contre, j’ai trouvé la victime : Joanne, vraiment cruche, vide de caractère, un vrai cliché de ces filles qui se marient avec le champion du lycée, connu et qui attire toutes les filles aux alentours… Au final, après ce qui lui arrive j’en suis presque venue à ne pas l’apprécier du tout et j’avais sans arrêt envie de lui dire que ce n’était qu’une pauvre petite fille naïve et qu’il était temps qu’elle se réveille… Et je le pense toujours… A part le pervers, les autres personnages malgré le gros travail de l’auteur, ne sont que cliché : le beau et jeune flic, un étalon dont toutes les filles raffolent, le coéquipier gros, alcoolique et qui ne respecte pas les règles et je passe les personnages secondaires…

L’histoire en elle-même est assez intéressante, quand on passe à la seconde moitié du livre cela devient même passionnant. J’en reviens au fait que j’ai trouvé ce livre choquant, c’est surtout pour sa fin (que je ne peux vous dévoiler car sinon cela ne te servira à rien de le lire) mais il fallait oser et Ann RULE l’a fait et je lui lève mon pouce pour avoir pris ce risque car c’est plutôt rare une histoire qui se termine comme cela, c’est vraiment glauque et ça ne laisse pas indifférent.

Pour conclure, c’est une lecture rapide et intéressante. Le meilleur moment pour le lire est à mon avis, en hiver devant un bon feu dans la cheminée.