Les Puissants de Vic JAMES | Tomes 1 & 2

Couverture Les puissants, tome 1 : Esclaves

4ème de couverture :

Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage.

Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent livres et gouvernent le pays.

Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de les emmener accomplit en famille leurs jours d’esclavage.
Abi devient domestique au service de la puisse famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité des luttes de pouvoir sans pitié.

Le sort de Luke n’est guère enviable, puisqu’il est exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

 

Mon avis :

Injuste et inhumain, c’est ce que l’on ressent quand on lit Les Puissants.

On rencontre ici la famille Hadley, famille qui a l’air banale et normale, elle est composée de l’ainée, Abigail, de Luke, 16 ans, de Daisy, la cadette et des parents. Sauf que cette famille ne vit pas dans une Angleterre que l’on connaît mais un pays dominé par les égaux, en résumé des personnes ayant un Don (magique) et créant ainsi une caste de Noble qui domine les gens comme la famille Hadley.

Si ce n’était que cela mais pour asseoir leur puissance, ils imposent aux gens normaux d’effectuer 10 années de travail gratuitement et dans des conditions épouvantables. Les gens peuvent choisir quand les effectuer avec un semblant de règles qui tu t’en doutes sont moyennement respectées par les Egaux.

La famille Hadley va se retrouver à effectuer leurs 10 années mais Luke va être séparés de sa famille et c’est là que les problèmes commencent pour eux. On va donc suivre plusieurs points de vue : celui de Luke, d’Abigail et de quelques personnages qui gravitent autour d’eux.

Le début est un peu long à se mettre en place et je me suis un peu ennuyée le temps que l’action arrive même si la découverte de cette dictature injuste était intéressante, surtout que l’autrice nous apprends rapidement que l’Angleterre est un peu un cas à part dans le monde. L’alternance de point de vue peut être déroutant au départ même si par la suite cela donne un bon rythme à la lecture.

J’ai apprécié suivre Luke dans cette ville esclave où il va se révéler et devenir une meilleure personne. Par contre, le personnage d’Abi m’a souvent laissé de marbre. J’ai trouvé que son histoire était principalement un prétexte afin de suivre la vie d’une famille bien particulière, les Jardine. Je ne me suis pas non plus attachée à un des membres de la famille en particulier même si les crises de colère d’un des Egaux, Gavar, m’ont souvent fait sourire.

Je ne m’attendais pas à autant de cruauté et d’injustice que ce soit de la part des Egaux mais aussi des gens normaux. L’autrice arrive à nous faire lire des scènes inimaginables sans que l’on soit écœuré. Pourtant, le langage n’est pas simple et parfois le lecteur peut vite se retrouver perdu. L’autrice nous fait nous poser des questions sur le monde actuel et j’ai trouvé quelques métaphores très intéressantes.

Je ne m’attendais pas non plus à cette fin qui me laisse complètement abasourdie. Les personnages révèlent leurs jeux lors de ce moment bien précis et je n’en reviens toujours pas. J’ai vraiment peur pour les différents personnages et leurs avenirs. L’autrice arrive à nous faire croire que retourner l’avantage des égaux est impossible tout en nous faisant quand même espérer.

Pour conclure, je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire et je suis surprise d’avoir autant apprécié ma lecture surtout que le début était un peu laborieux. Les personnages sont nombreux même si on suit principalement Abi et Luke, ils se révèlent tous plus ou moins intéressants. On comprend surtout leurs rôles à la toute fin du livre. Je vais donc lire la suite avec avidité afin de savoir ce qui va leur arriver.


IMG_1472

4ème de couverture :

Dans une société gouvernée par une caste aux pouvoirs surnaturels, les Égaux, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage. Mais la révolte gronde… Luke, condamné pour son rôle dans la rébellion, est exilé chez le terrible Lord Crovan. Personne n’est jamais ressorti vivant ou sain d’esprit des prisons de ce tortionnaire. Abi, quant à elle, est en cavale. Pour faire libérer son frère, elle entre en contact avec la rébellion. Mais est-elle prête à tout risquer, jusqu’à ses idéaux ? Alors que le régime se durcit et que le sang coule jusque dans les rues de Londres, l’amour et le courage peuvent-ils vaincre la tyrannie et la magie ?

 

Mon avis :

Cette suite est tout simplement riche en rebondissements !

Je ne reviens pas de toutes les révélations dont cette suite nous assomme. Chaque chapitre est un tournant dans l’histoire d’un des personnages. L’autrice n’épargne rien à ses personnages et aucun ne sera épargné, Nobles Egaux comme gens Normaux. Je pense carrément me noter tout ce qu’il s’est passé car j’ai peur d’oublier les moments importants avant la sortie de la suite au printemps 2019.

On reprends l’histoire là où on l’a laissé mais avec une façon de faire que j’ai vraiment apprécié. En effet, l’autrice reprends les derniers événements du tome 1 d’un autre point de vue. J’espère qu’elle fera pareil dans le prochain tome. C’est une manière douce de faire un rappel au lecteur.

On retrouve donc nos différents points de vue. On alternera avec plus de personnages comme celui de Silyen, Bouda ou encore Gavar. J’ai plus ou moins changé d’avis sur certains d’entre eux. Notamment Gavar qui se révèle dans ce tome. On découvre que sa personnalité n’est pas vraiment noire et qu’il est plutôt la marionnette de son père. Bouda m’a exaspéré au plus haut point mais je pense qu’elle me réservera des surprises dans le dernier tome. Par contre, j’ai regretté que Luke en soit réduit à ne pas faire grand chose. J’aurais aimé suivre plus en détail les tortures mentales qu’il a subi auprès de Crovan. J’aurais aimé en découvrir plus aussi sur ce fameux château et le passé de ce « monstre ». Pour ce qui est d’Abigail, je n’arrive toujours pas à ressentir quelque chose pour elle.

L’action est très présente, on ne s’ennuie pas une seconde. Pour un second tome, qui d’habitude est plutôt transitoire, il est tout à fait palpitant et haletant. Je l’ai dévoré en beaucoup moins de temps que le premier tome. Je trouve l’univers développé par l’autrice vraiment unique et intéressant. Ce qui fait peur c’est que parfois j’ai l’impression qu’elle nous montre la face cachée de notre monde réel. Les métaphores qu’elle utilise me touche et me font froid dans le dos. Les Egaux peuvent tout à fait être nos « personnalités les plus riches » qui dominent notre monde et nous « les travailleurs » comme étant la classe modeste, soit la grande majorité des humains.

Je me suis vraiment prise au jeu et j’ai passé un super moment. Je devine quelques pistes pour le dernier tome. Ce dernier sera publié au printemps 2019 et l’attente va être longue jusque là pour connaître le fin mot de l’histoire. Est-ce que les gens normaux, les esclaves, vont réussir à battre les Egaux et à rétablir un semblant de justice ? Ou au contraire, est-ce que l’autrice nous réserve une fin digne d’une fin du monde connu ? Je suis très curieuse et impatiente de savoir quelle fin va nous être servie.

 

 

Publicités