Dis-moi si tu souris d’Eric LINDSTROM

Je remercie les Editions Nathan pour cette lecture !

4ème de couverture :

Je suis Parker, j’ai 16 ans et je suis aveugle. Bon j’y vois rien, mais remettez-vous : je suis pareille que vous, juste plus intelligente. D’ailleurs j’ai établi Les Règles :
– Ne me touchez pas sans me prévenir ;
– Ne me traitez pas comme si j’étais idiote ;
– Ne me parlez pas super fort (je ne suis pas sourde) ;
– Ne cherchez jamais à me duper.
Depuis la trahison de Scott, mon meilleur pote et petit ami, j’en ai même rajouté une dernière. Alors quand il débarque à nouveau dans ma vie, tout est chamboulé. Parce que la dernière règle est claire : Il n’y a AUCUNE seconde chance. La trahison est impardonnable.

 

Mon avis :

J’ai littéralement dévoré ce roman. J’ai été séduite par la plume de l’auteur et par l’histoire qui est clairement différente des autres.

On rencontre ici Parker, une jeune fille devenue aveugle suite à un accident de voiture. Elle vit comme les autres ou presque. Elle va au lycée, elle a des amis, elle vit des amourettes et elle court. C’est d’ailleurs cette particularité qui rend Parker exceptionnelle. Parker a dû ériger une liste de règles afin de vivre décemment sa vie d’adolescente. Elle va vite se rendre compte que ces règles sont loin d’être si logique pour les autres mais aussi pour elle.

C’est la première fois que je lis un livre où l’héroïne est aveugle et j’ai vraiment adoré découvrir ce qu’elle vit même si sa situation est triste. Elle a une vie plus ou moins normale. L’auteur a réussi à parfaitement décrire le monde qui gravite autour de Parker à travers les sensations et les émotions de cette dernière. Les descriptions sont terriblement bien faites du fait de la particularité de Parker. On ne « voit » pas à travers ses yeux au contraire le lecteur appréhende son environnement avec ses autres sens et les émotions de Parker. Les émotions sont donc décuplées que ce soit pour notre héroïne que ses amis. Tout est plus fort, tout est plus ressenti par le lecteur.

La perte du sens de la vue aurait pu limiter l’auteur dans son histoire et pourtant il y a beaucoup de situations drôles et décomplexées. On suit les aventures d’une ado aveugle mais qui reste jolie et attirante pour les garçons. En plus, elle joue avec son infirmité en mettant des bandeaux sur ses yeux. Souvent elle joue avec ça car les gens qu’elle croise  dans la rue croient qu’elle n’est pas une « vraie » aveugle. Ce qui provoque des dialogues vraiment ahurissants et des situations rocambolesques.

Alors bien sur, l’auteur ne minimise pas cette infirmité au contraire il joue avec pour montrer que les aveugles sont des gens comme tout le monde et qu’ils peuvent très bien vivre normalement. Cependant, cette particularité fait que parfois les actions se déroulent trop rapidement. L’auteur va passer des éléments qui auraient pu être importants. Le fait qu’on ne suive que le point de vue de Parker limite forcément les détails « visuels ». Ce que j’ai regretté c’est que Parker ne s’intéresse pas aux personnalités des gens qu’elle côtoient alors qu’ils vivent eux aussi des situations tragiques et ressentent l’infirmité de leur amie à leur façon.

Je m’attendais à une histoire d’amour et en fait pas du tout. L’auteur nous raconte une partie de la vie de Parker. Alors oui il y a des amourettes mais l’auteur ne s’attarde pas dessus. Il montre simplement une jeune fille touchée par la malchance et qui va devoir surpasser tout ces obstacles pour grandir. C’est une lecture très simple mais pourtant très touchante. Il n’y a pas de fioritures en détails visuels vu que Parker ne visualise pas la totalité de son environnement.

En conclusion, j’ai passé un très bon moment avec une héroïne différente des jeunes filles habituelles et stéréotypées que l’on peut croiser dans le même genre de livre. L’histoire n’est pas compliquée et se lit rapidement. Je regrette juste le manque de descriptions et les actions un peu survolées alors que certaines auraient valus le coup d’être plus approfondies. C’est un livre qui saura toucher n’importe quel public.

Note / 10 : 8

J’ai avalé un arc-en-ciel d’Erwan JI

Je remercie les Editions Nathan pour cette lecture.

4ème de couverture :

Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux Etats-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique… Vous appelez ça comme vous voulez, mais la Vérité…. C’est que j’ai avalé un arc-en-ciel. 🙂

Mon avis :

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en débutant cette lecture et j’avoue que j’ai été surprise. En effet, on rencontre Capucine. Le livre est en réalité son « blog » et on y suit ses aventures en dernière année de « Lycée » aux Etats-Unis. La particularité de ce blog c’est qu’elle y raconte ses journées en Français afin que ses amis ne comprennent pas ce qu’elle dit. On va donc la suivre dans cette année scolaire riche en rebondissement.

Capucine est une jeune fille pour qui on ressent rapidement de l’attachement. Elle est pleine de sagesse et sociable. C’est la fille que tout le monde apprécie dans un lycée, la bonne copine à qui on confie ses secrets. Pour dire, même les élèves les plus bizarres se prennent d’amitié pour elle. Incroyable mais vrai Capucine ne se rend pas compte de ce qu’elle offre aux autres. Elle le fait avec beaucoup de gentillesse et de respect. Elle n’a jamais un mot plus haut que l’autre et j’ai apprécié sa façon de nous faire part des aléas de sa vie sentimentale.

Les camarades de Capucine sont tous plus loufoques les uns que les autres. Il y a aussi quelques clichés typiques des adolescents. On rencontre le groupe des Nerds (les geeks), les populaires, les sportifs et le groupe de Capucine qui est indéfinissable. Capucine gravite de groupe en groupe et connaît tout le monde. Elle décrit ses camarades avec beaucoup de tendresse. Je ne me suis pas attachée à ces personnages secondaires mais c’est difficile vu que l’on appréhende leurs personnalités comme Capucine les perçoit.

L’histoire reste très simple. On va suivre l’évolution des sentiments de Capucine envers l’un de ses camarades. Je préfère prévenir tout de suite pour ceux qui ne s’y attendrait pas (comme là été mon cas), ce livre est une ode à l’amour Quel que soit le sexe. On se prend une bonne claque de respect et d’acceptation de l’autre. J’ai vraiment aimé comment l’auteur a décrit les sentiments de chacun des personnages et leurs façons d’appréhender l’amour quelle que soit sa forme. L’auteur nous explique également quelques coutumes des lycées Américains, ce que j’ai beaucoup apprécié.

C’est une lecture douce qui nous fait passer un message d’amour à travers l’âge et une belle leçon d’amitié. Les personnages sont tous adolescents mais j’ai ressenti leurs émotions parfaitement. L’auteur a une plume poétique et très touchante. Pour résumé ce livre, je dirais que c’est une ode à la jeunesse, à l’amitié et à l’amour : tout ce qui bouleverse le quotidien d’un adolescent.

J’ai passé un agréable moment avec Capucine et ses amis. J’ai même eu une petite boule dans le ventre à la fin quand arrive la fin de l’année alors que tous obtiennent leurs diplômes et qu’ils se quittent. J’avais l’impression de faire partie de ce lycée si sympathique. J’ai pris une bonne dose d’amour et j’en ressors revigorée. J’en avais bien besoin et je suis contente d’avoir pu ressentir ça pendant cette lecture.

Note / 10 : 8