The Walking Dead de Robert KIRKMAN et Jay BONANSINGA | Tome 1 à 3

https://i0.wp.com/www.livraddict.com/covers/85/85539/couv39710170.jpg 4ème de couverture :

Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n’y a pas plus redoutable que le Gouverneur. Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient. 
Mais pourquoi est-il si méchant ? 
Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est devenu … le Gouverneur.

Mon avis :

J’attendais le bon moment pour lire ce roman. Ainsi, après ma lecture du tome 6 des comics et le reprise de la série m’ont apparu être le moment idéal.

C’est la première fois que je lis un livre d’horreur avec son lot de scènes sanglantes et la mort comme trame de fond. Pourtant, ici, cela ne m’a pas dérangé plus que je ne l’imaginais. Moi qui ai une imagination débordante je n’ai pas eu de mal à appréhender certaines scènes mais à la différence d’un film, je pouvais voir ce que je voulais. Du coup, même si les scènes d’horreur se suivent, je n’ai pas eu de mal à m’endormir et je n’ai même pas fait de cauchemars. 

Découvrir le monde quelque temps après le début de l’épidémie ainsi qu’avant le comics et la série se révèle très intéressant. D’ailleurs, quelques clins d’oeil figurent par ci par là dans l’histoire. J’ai bien fait d’écouter un ami qui m’a conseillé de lire le roman après les comics et la découverte du Gouverneur. C’est un plus dans la lecture mais on peut très bien le lire avant sans problèmes. 

Les personnages reflètent tout à fait Robert KIRKMAN. Comme dans le comics ou la série on voit leurs côté sombre, leurs travers et leurs défauts. Rien ne nous ai cachés c’est comme ci les personnages se retrouvaient à nus devant nous, sans aucuns de leurs secrets. J’ai été plutôt surprise par la fin, soit la découverte du Gouverneur. Mais du coup je l’ai trouvé moins horrible que dans le comics, plus proche de l’humain que du monstre. C’est comme-ci je lui trouvais des excuses vu ce par quoi il est passé avant d’arriver à Woodbury. 

J’ai passé un moment intéressant et j’ai dévoré ce livre en très peu de temps du fait que l’action y est très présente mais surtout grâce à l’intérêt de l’histoire. Je me suis réconcilité avec les livres d’horreur mais je suis surtout irrémédiablement fan de tous ce qui touche à Walking Dead. Voir plus fan que Resident Evil qui auparavant était ma référence.

Note / 10 : 9


Couverture The Walking Dead (roman), tome 2 : La route de Woodbury

4ème de couverture :

Quand l’invasion zombie a dressé les vivants contre les morts, Lilly Caul a fui la banlieue d’Atlanta. D’abris de fortune en campements improvisés, elle essaie à présent de survivre. Mais les zombies sont de plus en plus nombreux, et leur appétit pour la chair est sans limites. Terrorisée, Lilly trouve refuge dans une ville fortifiée connue sous le nom de Woodbury. De prime abord, c’est un parfait havre de paix : les habitants troquent de la nourriture contre des services, les barricades sont solides et le mystérieux leader qu’on appelle Philip Blake veille sur les citoyens. Pourtant, Lilly commence à douter : Blake veut qu’on l’appelle le Gouverneur, et ses idées sur la loi et la justice sont… déviantes. Avec une bande de rebelles, elle ouvre la boîte de Pandore et défie le Gouverneur. La route de Woodbury se transforme alors en autoroute pour l’enfer.

Mon avis :

Il était temps que je lise cette suite d’une de mes histoires de zombie préférée ! Le Gouverneur est un personnage vraiment emblématique dans cette histoire et j’apprécie découvrir ce qu’il a fait avant de croiser la route du groupe de Rick.

Ici, on change de point de vue par rapport au 1er tome où on suivait Brian Blake et ce qu’il avait vécu lors des 1ers instants de l’épidémie, là on suit Lilly. Lilly est une jeune femme au départ très très peureuse. Elle dépend des autres et ne s’en cache pas, elle est assez lucide sur ce qu’elle ressent et c’est appréciable. Je me suis tout de suite prise d’affection pour cette jeune femme et son caractère même si je pense que certains pourraient être exaspérés par les erreurs qu’elle pourra faire durant ce roman. Moi, c’est ce que j’ai apprécié chez elle, le fait que pour une fois on ne suit pas un personnage badass qui saura direct comment survivre et tuer des zombies sans peur et sans remords. Le personnage de Lilly me disait quelque chose, que ce soit dans le comics ou dans la série, même si dans cette dernière elle porte un autre nom. Ce roman m’a donc bien plu par rapport à ce personnage.

L’histoire est assez commune dans cette saga. Des zombies, des groupes d’hommes et du sang. Ce qui reste le plus intéressant est que la folie du Gouverneur est déjà bien installée avec ses petits délires et certains aquariums (si vous voyez de quoi je parle)… Enfin, bref, rien de nouveau de ce côté là. Comme je le disais c’est surtout (et on va dire comme d’habitude) le développement du personnage de Lilly qui fait le tout de cette histoire. Et le final laisse présager encore beaucoup de sang dans la suite. J’ai donc hâte de lire les 2 tomes suivants (que j’ai déjà dans ma PAL).

Pour conclure, c’était une bonne lecture avec un roman court avec peu de pages et un personnage principal intéressant (et pour une fois féminin) qui va réellement évoluer pendant toute l’histoire. C’est plaisant, saignant, zombiesque… Bref, tout ce que j’aime avec les Walking Dead !

Note / 10 : 8


Couverture The Walking Dead (roman), tome 3 : La Chute du Gouverneur, partie 1

4ème de couverture :

Woodbury, petite ville fortifiée qui résiste à l’invasion zombie… Le Gouverneur, son chef autoproclamé, commence à montrer des signes de pure démence, et ses actions plongent les habitants dans les ténèbres et la terreur. Woodbury a succombé à l’enfer. Au milieu de ce cauchemar post-apocalyptique, Rick, Michonne et Glenn, personnages phares de la bande dessinée éponyme, font enfin leur entrée. Les fans de la série The Walking Dead auront la surprise de découvrir ces trois héros sous un jour nouveau.

Mon avis : 

Ce troisième tome est assez court mais surtout très très sanglant. Il marque l’arrivée de nos trois héros, Rick, Michonne et Glenn. On suivra encore Lily, personnage du second tome que j’avais beaucoup apprécié. Nous suivrons également le Gouverneur et quelques autres personnages. Connaissant déjà la partie vue du côté des héros de la série et du comics j’étais très curieuse de voir ce qu’il allait se passer du côté des habitants de Woodbury.

J’ai été un peu surprise car j’ai trouvé qu’il y avait quelques incohérences par rapport au 2nd tome où plusieurs habitants avaient essayé de faire tomber le Gouverneur. Dans ce tome, ils sont complètement assouvis et loyaux au Gouverneur… Ce retournement de situation m’a perturbé. Je n’ai pas compris comment ils ont pu changer d’avis aussi rapidement et faire bon gré mal gré avec un personnage qu’ils détestent assurément.

Malgré cela j’ai bien aimé ce tome car il se lit rapidement et franchement j’avoue que ce passage de l’histoire est ma préférée car la folie/barbarie du Gouverneur arrive à son apogée avec le passage où il va faire beaucoup de mal à un personnage féminin.

J’ai également apprécié le contraste entre la folie du Gouverneur et la vie qui continue dans la ville. Lily va faire une rencontre qui va changer sa vie. Les autres habitants, eux, réagissent par rapport à l’arrivée de nos trois héros. C’est bien fait car on alterne entre le point de vue du Gouverneur et celui de Lily. On passe donc de la terreur à la vie « normale ».

Pour conclure, c’était une lecture très rapide mais très sanglante. La dernière partie de ce livre explosant dans la barbarie et la terreur. J’ai hâte de lire la suite afin de voir ce que le Gouverneur nous réserve.

Note / 10 : 8

Roman d’horreur d’Arthur TENOR

Couverture Roman d'horreur

Titre : Roman d’horreur

Auteur : Arthur TENOR

Editions : Scrineo Jeunesse

Genre : Horreur

4ème de couverture :

Après une soirée « films d’horreur » hilarante, Valentin, Cédric et Zoéline, trois adolescents qui adorent frissonner de peur, vont vivre en live une expérience digne des meilleurs récits d’épouvante. Le décor est une maison sinistre à souhait, close comme un coffre-fort de l’enfer, et les damnés qui la hantent font froid dans le dos… De quoi les combler de bonheur ! Ou de peur… Car le pire, le monstre, le cauchemar pour de vrai, n’a rien d’un gag… Il n’a pas de visage, ne parle pas, n’émet aucun son en se déplaçant. Et lorsque se produit la rencontre… il est trop tard pour fuir.
Méfiez-vous de vos désirs, ils pourraient bien devenir réalité…

Mon avis :

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Arthur TENOR. Pourtant je ne m’attendais pas à ça quand j’ai commencé ma lecture et ce n’est pas que je suis déçue mais presque.

Je m’attendais à un peu plus d’horreur dans roman d’horreur. Et même si c’est du jeunesse, il existe des romans qui font assez peur malgré tout. Ici, je n’ai pas eu peur une seule fois. Bon, l’histoire est intéressante et je n’ai pas deviné ce qui allait se passer. C’est même assez prenant et certains moments sont super intéressant avec du suspens.

Les personnages sont sympa mais sans plus, ils sont jeunes et ça se ressent beaucoup. Valentin a un don, il peut voir certaines choses mais je n’ai pas ressenti que c’était exploité. Les trois jeunes sont imprudents mais courageux, ils vont résoudre un mystère que même la police n’a pas pu. Alors bon ce n’est pas irréalisable mais très peu crédible. Quoique sans une certaine aide ils n’auraient rien pu faire.

La seule chose que j’ai apprécié c’est les idées de films d’horreur à regarder à la fin du film. C’est vraiment sympa car en plus on a l’avis de l’auteur et les notes qu’il met. J’ai découvert des films que je visionnerais bien plus tard.

Au final, c’est une lecture sympa mais très jeunesse. Je trouve le titre et le genre pas du tout approprié car à mon avis ce livre ne fait pas peur et ne parle pas vraiment d’horreur. Il aurait pu être classé dans le fantastique voir un peu thriller. C’est dommage, je reste un peu perplexe car je m’attendais à mieux et surtout à autre chose.

Temps de lecture :  3 jours

Note / 10 : 5