Boudicca de Jean-Laurent DEL SOCORRO

 

Mon avis :

Le destin d’une femme pas comme les autres, une femme qui était avant tout une véritable guerrière. Bouddica offre au lecteur un bout de son Histoire et celle des Celtes de Grande-Bretagne. 

Je ne connaissais pas l’histoire de Boudicca avant d’entendre parler du livre de l’auteur aux Imaginales. J’étais ressortie assez déçue de ma lecture de Royaumes de Vents et de Colère et j’avais un peu peur d’avoir ce même sentiment avec ce livre là. Heureusement, il n’en est rien. J’ai passé un agréable moment à découvrir et à suivre Bouddica à travers les âges et ses faits d’armes.

Cependant, je regrette quelques points : j’ai trouvé que l’histoire était encore décrite un peu trop rapidement comme pour le premier livre de l’auteur. J’aurais aimé avoir plus de détails sur le père de Boudicca, sur son règne et aussi sur la mère de celle-ci. On ne suivra que le point de vue de cette femme pas comme les autres. Elle est certes exceptionnelle et je me suis très bien identifiée à elle mais il m’aurait fallu encore quelques pages pour pouvoir ressortir pleinement satisfaite de ma lecture. J’aurais aimé connaître un peu plus le parcours de certains personnages secondaires comme Caratacos ou encore sur les différents Dieux et Déesses, notamment Andraste qui est régulièrement citée.

Le fait également que l’auteur nous parle plusieurs fois d’une pierre ayant des propriétés magiques et que jamais Boudicca ne décide de s’en servir alors qu’elle aurait pu à de nombreuses reprises. Il y a ces quelques raccourcis qui m’ont chagriné et qui accompagnent des passages à vide dans l’histoire. L’auteur aurait pu y ajouter une touche un peu plus « imaginaire » de son cru quitte à perdre un peu le côté récit Historique véridique.

On ressent tout de même les recherches faites par l’auteur et sa volonté de nous faire part des sentiments et de la lutte intérieure qu’a pu vivre cette femme qui n’a jamais été aimée par son père et qui n’a jamais su faire ressortir ses émotions à ceux qu’elle aimait. J’ai adoré les dialogues verbalisés (ou non) entre Boudicca et son père. L’auteur arrive à nous faire ressentir tous les non-dits qu’il peut y avoir et les moments de silence sont terriblement poignants par leur impact sur l’héroïne.

Boudicca est une guerrière et n’a jamais su être autre chose dans toute sa vie. Cet état de fait force le respect. Pourtant, elle a eu une vie de femme, de mère et de Reine. Elle a dû jongler entre tous ces rôles aussi durs qu’ils sont les uns des autres et qui parfois sont si peu complémentaires. J’ai aimé découvrir les cultes et les croyances de son peuple, les Icènes, et cela m’a donné envie d’en apprendre plus sur eux. Les liens entre les différents clans sont également intéressants même si j’aurais aimé pouvoir me les représenter à l’aide d’une carte d’époque, je peux cependant, comprendre que cela soit difficile à se procurer et à réaliser.

L’auteur a su me donner envie de me pencher sur l’histoire des Celtes et notamment celle de Boadicée. Je compte donc essayer de me procurer d’autres ouvrages qui pourraient romancer sa vie comme a pu le faire Jean-Laurent DEL SOCORRO. Le fait de suivre pour une fois une Héroïne, féminine qui a marqué l’histoire à son époque me donne envie de faire des recherches et d’en découvrir un peu plus. Tout compte fait c’est ce que je recherche principalement dans ce genre de livre.

Publicités