Le Bâtard de Kosigan de Fabien CERUTTI | Tome 1 & 2

MON AVIS SUR LE TOME 2 EST PLUS BAS 😀

Couverture Le bâtard de Kosigan, tome 1 : L'ombre du pouvoir

4ème de couverture :

Le chevalier assassin, Pierre Cordwain de Kosigan, dirige une compagnie de mercenaires d’élite triés sur le volet. Surnommé le « Bâtard », exilé d’une puissante lignée bourguignonne et pourchassé par les siens, il met ses hommes, ses pouvoirs et son art de la manipulation au service des plus grandes maisons d’Europe.

En ce mois de novembre 1339, sa présence en Champagne, dernier fief des princesses elfiques d’Aëlenwil, en inquiète plus d’un. De tournois officiels en actions diplomatiques, de la boue des bas fonds jusqu’au lit des princesses, chacun de ses actes semble servir un but précis.

À l’évidence, un plan de grande envergure se dissimule derrière ces manigances. Mais bien malin qui pourra déterminer lequel…

Dans la lignée des meilleurs romans de fantasy historique comme Le Lion de Macédoine de David Gemmell, Le Bâtard de Kosigan mélange avec brio la fantasy anglo-saxonne et l’histoire de France.

Fabien Cerutti nous conte, dans ce roman qui se lit avec beaucoup de plaisir, une aventure pleine d’humour, de panache et de surprises…

Mon avis :

C’est un réel coup de coeur pour ce 1er tome, ce qui laisse présager de bonne chose pour cette saga qui va forcément faire partie de mes chouchou ! Je comprends maintenant l’engouement de mes copinautes pour cette histoire ! Dès les 1ères pages je suis tombée sous le charme. J’apprécie les récits historiques et il suffit qu’elles soient liées à de la Fantasy pour que tout soit réunit pour me plaire ! Et banco, ça n’a pas raté. Je tiens quand même à préciser qu’il faut avant tout applaudir la plume de l’auteur.

Commençons par l’histoire. Elle a tout pour plaire, réellement. Dès la 1ères pages on se dit qu’on va avoir une histoire complexe et recherchée et qu’il va falloir essayer de résoudre certains mystères (même si on sait d’avance que c’est peine perdue, c’est le but recherché). On commence par la lecture d’une lettre qui nous prévient que l’histoire qui va suivre fait partie d’une « chronique », déjà là ça me plait bien. Puis, s’enchaînera tout de suite l’action avec le personnage principal que l’on va suivre tout au long de l’aventure. Et quelle aventure ! L’auteur alterne entre son personnage principal qui se trouve en 1300 et quelques et son descendant direct qui lui vit en 1899 et qui envoie des courriers à un ami proche afin de lui raconter ce qui lui arrive. J’ai particulièrement apprécié ce style de narration car cela donne un bon rythme aux deux histoires qui sont parallèles mais qui se révéleront par la suite intimement liées. L’histoire du Bâtard de Kosigan est assez sanglante et franchement pas drôle. Il a un passé assez difficile même si on ne dirait pas que ça l’ait particulièrement perturbé. Je dirais même qu’il vit plutôt bien avec et qu’il s’en sort bien. Du côté de son descendant, l’histoire est tout aussi intrigante car il enquête sur son ancêtre et il va découvrir des faits vraiment perturbants. Pour ce qui est de la fin de l’histoire pour le Bâtard, c’est une fin plutôt sympathique mais qui laisse entrevoir d’autres aventures moins heureuses. Alors que la fin de l’histoire pour le Descendant n’est pas du tout la même ! Je dirais même que je veux la suite maintenant car je reste sur ma faim tellement s’est bien tourné.

Pour ce qui est des personnages : j’ai bien aimé le caractère du Bâtard de Kosigan, c’est un homme qui a une santé de fer et c’est pas peu dire, il est fort et extrêmement malin ! C’est cette caractéristique qui m’a le plus ébloui car jusqu’au dernier moment on ne se doute pas de l’étendu du plan qu’il a pu fomenter afin de gagner sur tous les niveaux. L’action vient crescendo et j’ai eu énormément de mal à m’arrêter de lire. Il est accompagné d’une compagnie de mercenaire mais on suivra surtout son écuyer, Edric, et Dùn, une changesang. Les différents protagonistes de l’histoire sont tous très intéressants, mais le plus captivant c’est de savoir qu’ils font partie d’un plan bien plus grand qu’eux, et, de les voir croire qu’ils sont les meilleurs est extrêmement plaisant quand on sait qu’ils se trompent fortement sur leurs diverses prétentions. Pour le descendant ce n’est pas vraiment pareil, on en saura très peu sur lui et son passé car on suit surtout ses échanges avec son ami (dont on ne lira jamais les réponses). Il se dévoile donc très peu vu que son ami à l’air d’être très proche de lui et donc de le connaître par coeur. Le plus intéressant reste donc de suivre l’évolution de ses recherches sur son ancêtre.

J’apprécie lire des romans avec une base historique, je l’apprécie encore plus quand ces bases sont réelles et qu’on peut les replacer dans le temps. Pour cette histoire, j’ai fait quelques recherches afin de satisfaire ma curiosité. La base historique à l’air plutôt réelle que ce soit pour le royaume de France que d’Angleterre, ainsi que la carte des différents royaumes en 1300 et des poussières. Après, pour ce qui est des différents personnages historiques cités, j’ai juste jeté un oeil car bon, je sais que c’est quand même de la Fantasy donc il y a une part d’imagination, donc je ne vais pas pousser le bouchon un peu trop loin. Le fait que les différents lieux etc… soient réels me suffit déjà bien assez.

 Finalement, c’est un pari réussi pour cet auteur qui a su me plaire que ce soit par écrit que lors de notre rencontre à Trolls et légendes. J’ai donc hâte de me procurer la suite afin de satisfaire ma frustration !

Note / 10 : 10


4ème de couverture :

1340, au cœur du comté de Flandre. Alors que les premiers feux de la guerre de Cent Ans s’allument, le Bâtard de Kosigan et ses Loups se voient confier, par le sénéchal d’Angleterre, la délicate mission de découvrir les tenants et aboutissants d’un complot qui se trame… autour du roi de France.

Une enquête surprenante et extrêmement dangereuse, mêlant trahisons et forces obscures, dans laquelle l’ascendance surnaturelle du Bâtard, habituellement son plus grand atout, pourrait bien se muer en talon d’Achille.

Cinq siècles et demi plus tard, à la fin de l’année 1899, l’enquête engagée par le lointain descendant du chevalier tente de faire la lumière sur l’inexplicable disparition des puissances magiques. Entre Bruges et Lens, peut-être mettra-t-elle à jour la nature des ombres qui se dissimulent derrière les échos cachés de l’Histoire.

Après le succès du premier opus, L’Ombre du pouvoir, Fabien Cerutti signe à nouveau un grand roman de fantasy historique, à cheval entre un Moyen Âge empreint de magie et un XIXe siècle scientifique et rationnel.

Combats de masse et subtiles investigations, poursuites à en perdre le souffle et réparties habiles, négociations serrées et manipulations ; on y retrouve le panache habituel de la lignée des Kosigan dans un univers qui ne cesse de gagner en richesse et en cohérence. De toute évidence, les secrets et les héros délicieusement irrévérents de cette série n’ont pas fini de nous surprendre !

Mon avis :

J’ai adoré me replonger dans les aventures du Bâtard de Kosigan. On retrouve nos héros pas tout de suite après la fin du 1er tome mais en pleine mission pour sauver/enlever une jeune femme. L’action est directe et j’avoue ne pas avoir vraiment compris ce qu’il se passait.

Je peux facilement avancer qu’on peut lire le 1er tome et le second séparément sans être trop troublé, surtout par rapport au Bâtard même si je pense qu’au niveau des échanges de courriers entre les amis de son descendants la lecture pourrait être déroutante si on n’a pas lu le 1er tome.

Je ne me souvenais pas vraiment de la fin du 1er tome notamment au niveau de l’histoire du Bâtard mais je me souvenais plutôt bien de celle de son descendant. J’apprécie beaucoup le personnage du Bâtard, il est un peu cynique et porte un masque d’insolence tout à fait approprié dans certaines situations. Pourtant dans ce tome, j’ai trouvé que ses pensées étaient parfois sentimentales, notamment quand certains des gars de sa bande sont touchés alors qu’au contraire pour d’autres « victimes » il n’a même pas le temps de se lamenter. C’est un personnage très complexe et difficile à cerner. J’ai apprécié également le fait qu’on suive des personnages secondaires comme Edrik, l’écuyer ou Dun lors de situation au profit de l’enquête du Bâtard.

En effet, l’histoire est centrée sur une enquête suite à l’assassinat du fils du Roi d’Angleterre. Le Bâtard va devoir faire face à un ennemi imprévu et jouer de toutes les ruses pour s’en sortir. Plusieurs fois, il va tomber de haut et jouer avec la mort. J’ai aimé cette action constante, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Par contre, le fait que l’on ne suit que le point de vue du Bâtard m’a parfois posé problème car au final on ne voit que SA façon de voir les choses et on ne suit que SES déductions. J’aurais aimé me faire mon propre avis sur le fin mot de cette histoire. Pourtant, le fait que l’ennemi ne soit pas celui auquel on s’attendait apporte une touche mystique à l’histoire qui m’a complètement emporté. Les recherches des amis du Descendant de Kosigan donne un appui considérable à cette enquête et nous offre encore une fois des questions dont on n’obtient pas les réponses à la fin de ce tome.

L’histoire me parait totalement crédible grâce à la plume de l’auteur et au langage qu’emploient ses personnages. Je ne m’étais jamais intéressée à la guerre de Cent ans dont je n’avais entendu parler que par le nom. Je pense m’y pencher davantage à la suite de ma lecture car tout cela a l’air fort intéressant.

Pour conclure, le personnage du Bâtard et l’histoire un peu mystique nous offre une lecture rythmée, pleine de rebondissements et de questions. La plume de l’auteur et ses recherches sur cette époque donne envie de nous plonger dans cette période afin d’en connaître les tenants et les aboutissants. J’ai très hâte de lire la suite des aventures du Bâtard de Kosigan. Quelle chance ! Le tome 3 sort en Août 2017 !

Si tu aimes les romans de fantasy Historique avec un personnage principal insolent avec un passé mystérieux et une gouaille pas possible tu ne seras pas déçu !

Note / 10 : 9

 https://i1.wp.com/amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/e2_orig.png

Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent DEL SOCORRO

Couverture Royaume de vent et de colères

4ème de couverture :

Marseille, 1596. Massés à ses portes, les troupes d’Henri IV entendent faire plier la cité phocéenne, dont l’indépendance autoproclamée n’a que trop duré. Pourtant, le destin des Marseillais ne se joue pas sur le champ de bataille, mais ici et maintenant, entre les quatre murs d’une auberge, La Roue de Fortune. Là se croisent tous ceux, qui de près ou de loin, tiennent un rôle dans le drame à venir. Mais qui, d’Axelle, l’ancienne guerrière devenue tenancière, de Gabriel, le chevalier revenu de tout, de Victoire, la patronne de la guilde des assassins, de Silas, son homme de main, ou d’Armand, le magicien persécuté, tient dans sa main les clés de la ville ?

Mon avis :

C’était une lecture courte, agréable et différente des autres.

En effet, l’histoire est assez courte par le fait que le livre ne fait pas plus de 300 pages. Pourtant, l’histoire est intrigante et rythmée. Même si j’ai quelques regrets quant aux personnages, je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai lu ce roman très rapidement. L’auteur a mis en place un système de narration très différents des livres de fantasy habituels. On suit ici, cinq personnages qui ont tous une vie bien différente mais qui vont se retrouver liés à un endroit et à un moment donné. Chaque chapitre est réservé à un personnage et on alternera comme cela jusqu’à la fin. De plus, on commence la lecture à une date bien précise le 16 février 1596 pour ensuite aller dans le passé des différents personnages et revenir enfin à J+1, le 17 février 1596, jour où les vies de nos personnages vont basculer.

J’ai passé un bon moment avec certains des personnages, j’ai apprécié découvrir le passé de chacun mais il m’a manqué un peu plus de profondeur et de complexité. Je n’ai eu aucune affection particulière pour chacun. En effet, j’ai surtout eu l’impression que quelqu’un me racontait leurs vies plutôt que de les vivre comme si on était avec eux. Ce qui me laisse un goût d’inachevé surtout par rapport à la fin. Axelle par exemple, est une héroïne comme je les apprécie, mercenaire dès son plus jeune âge elle va vivre à la dure et aimer ça. Victoire est une vieille femme, assassin dans une guilde assez particulière. J’ai trouvé cette dernière assez « fade » pour une Patronne de Guilde d’assassins et c’est bien dommage. Armand est un personnage particulier, j’ai aimé sa relation avec son apprenti mais j’aurai aimé en apprendre plus sur l’Artbon et ses différentes spécificités. Gabriel est le personnage que j’ai le plus apprécié de part son passé mais aussi pour ce qu’il est devenu plus « vieux ». Pour moi, il a été LE personnage moteur de cette histoire. Quand à Silas, son monologue intérieur m’a complètement laissé indifférente.

Je ne sais pas si j’étais dans le bon état d’esprit ou non pour vraiment comprendre les tenants et aboutissants de l’histoire mais je n’ai pas été si emportée que je le voulais. Pourtant, on ne m’en a dit que du bien et on m’a vanté les mérites de l’auteur, que je reconnais fortement car sa façon de faire m’a vraiment intéressé. Je n’ai juste pas eu d’affection particulière pour les personnages et il m’a manqué un semblant de connaissance historique pour vraiment me passionner pour le contexte politique de la prise de Marseille.

Je pense que j’en attendais beaucoup trop mais ce n’est pas grave car j’ai quand même passé un bon moment de lecture et j’ai aimé découvrir la plume de cet auteur que je rencontrerais avec plaisir aux Imaginales afin peut-être d’en apprendre plus sur le pourquoi de cette histoire.

En bonus, j’ai vraiment apprécié la nouvelle sur Gabin, le jeune commis de cuisine d’Axelle. C’est un personnage que j’aurais aimé davantage connaître et l’histoire de son arrivée à l’auberge m’a vraiment ému.

Note / 10 : 7

https://i1.wp.com/amarueltribulation.weebly.com/uploads/2/5/4/4/25445014/e2_orig.png