Le silence des sirènes de Sarah OCKLER

Couverture Le silence des sirènes

4ème de couverture :

Elyse, promise a une belle carrière de chanteuse, doit partir en tournée avec sa sœur jumelle. Mais elle perd sa voix suite à un accident en mer. Du jour au lendemain, sa joie de vivre et ses rêves s’envolent… Elle se réfugie chez sa tante, à Atargatis Cove, une petite ville portuaire. Là-bas, elle s’isole, passant ses journées à écrire des poèmes sur le flanc d’un bateau échoué. Mais le navire n’est pas aussi abandonné qu’elle le croit : elle est bientôt surprise par Christian, le fils du propriétaire. Ce dernier ne semble pas indifférent a son charme mais il a tout du bad boy à fuir…

Mon avis :

Si j’ai appris quelque chose pendant mes lectures c’est qu’il ne faut pas se fier à la couverture ou à la 4ème de couverture. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’une histoire me fasse autant de bien ! J’ai passé un moment agréable et j’ai été touchée par la simplicité qui se dégage de cette histoire mais également par le message qu’elle fait passer.

L’histoire est simple, on rencontre Elyse, une jeune femme devenue muette suite à un accident de la vie. Au départ, on ne sait pas ce qu’elle a vécu ni comment elle est devenue aphone. L’autrice a réussi à tourner son histoire d’une façon qu’on ne découvre son personnage principal qu’en même temps que les autres personnages. Elle intègre totalement le lecteur à ce qu’il se passe, il est en total immersion dans la vie d’Elyse, comme s’il était son confident. Elyse vit avec sa tante et sa cousine, qu’elle ne connaît pas vraiment et qui l’ont recueillie suite à son accident. Elyse vient d’une grande famille et a une sœur jumelle, elles étaient toutes les deux destinées à devenir des chanteuses professionnelles et à partir en tournée, jusqu’au drame.

L’autrice sait faire passer les émotions de ses personnages, on apprend l’ampleur de ce qu’ils vivent au fur et à mesure. Ici, un « simple » pari fait entre deux hommes influents va bouleverser la vie d’une ville entière. La plume de l’autrice m’a souvent fait penser à celle de Françoise BOURDIN qui trouve toujours les bons mots pour décrire les émotions de ses personnages. Je suis vraiment conquise surtout après ma lecture de cet été-là. Je compte bien lire d’autres livres de cette autrice afin d’explorer complètement son univers.

L’histoire pourrait donc paraître très triste et sans grand intérêt, pourtant on va assister à une réelle évolution. Elyse va réussir à s’ouvrir aux autres malgré son handicap et surtout tomber amoureuse. En effet, Elyse a beaucoup de mal à communiquer vu que son accident est récent, elle ne communique pas par langue des signes mais par suggestion. Elle articule et les autres doivent deviner ce qu’elle essaie de leur dire. Cela donne parfois des échanges assez comique même si j’ai trouvé que les autres la comprenait quand même un peu trop facilement. L’autrice intègre quand même de temps à autre des échanges manuscrits, dont certains sont vraiment mignons et romantiques, pour rendre le tout plus crédible.

Dans ce livre, l’autrice parle avant tout d’amour même s’il est classé en contemporain, je le clasifierait plutôt en romance. Cette histoire d’amour peu commune sur fond de pari m’a touché. J’ai aimé suivre l’évolution de ces deux personnages même si celui de Christian m’a semblé au départ bourré de stéréotype (cf. le « bad boy »). Elyse va réellement changer grâce à cette rencontre, tout comme Christian qui va au final se révéler plus complexe que ce que l’autrice nous montre au début de l’histoire. Leur couple est vraiment beau à suivre et on se prend carrément d’affection pour eux.

Je conclus donc mes lectures d’été avec deux belles histoires et peut ainsi reprendre mes lectures pour mon challenge avec engouement ! Fini le contemporain on repasse à mon genre préféré : la Fantasy. Reste connecté d’autres avis suivront prochainement !

Publicités

Je dépoussière… | Ma vie pour la tienne de Jodi PICOULT

Couverture Ma vie pour la tienne

4ème de couverture :

A treize ans, Anna a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa soeur aînée Kate puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis l’enfance. Anna sait qu’elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu’elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu’on lui demande de faire don d’un rein, l’adolescente refuse. Elle veut disposer librement de son corps et ira jusqu’au bout pour se faire entendre… S’inspirant d’un fait réel sur une  » enfant-médicament « , voici un récit choral subtil et profondément humain.

 

Mon avis :

Ce livre ne m’a pas du tout laissée indifférente ! Au contraire, je crois que je n’ai jamais autant réagi à la lecture d’un livre comme celui ci.

Ce livre m’a tour à tour émue, énervée, révoltée, chamboulée et pour finir il m’a laissée pantelante… C’est une histoire bouleversante d’une famille qui a une fille malade. Comme on s’y attend la vie tourne autour de cette maladie. Pourtant, je ne pensais pas être autant révulsée face à un personnage.

Je vais donc entrer dans le vif du sujet et parler de ce fameux personnage qui n’est autre que la mère de cette famille. Elle résume pour moi tout ce que je déteste chez les parents, leur égoïsme et l’injustice dont ils peuvent faire preuve dans une famille qui a plus de 2 enfants. Cette femme m’a révoltée sur le fait qu’elle occulte la santé et le moral de sa dernière fille, Anna, qui a pour seul but de sauver sa soeur, Kate, en faisant diverses opérations médicales parfois douloureuses. Anna va dire « non » et là c’est le drame dans la famille. Ils vont se retrouver en procès pour qu’Anna choisisse ce qu’elle veut faire de sa santé. Sa mère ne va pas trouver ça bien de la part de cette fille qu’elle n’a engendré que pour sauver sa première fille. C’est là tous ce qui m’a ulcéré chez ce personnage, elle ne vit que pour sauver cette gamine, et occulte ses deux autres enfants. Toutes leurs vies tournent autour des hospitalisations de la fille et les deux pauvres enfants restant doivent subir cette vie. Alors, le plus grand va sombrer dans la délinquance et la drogue, les parents ne trouvent pas mieux au lieu de résoudre le problème que de le laisser vivre au dessus du garage et d’ignorer ses faits et gestes. Il ne reste donc plus que les deux soeurs. Anna va donc subir une vraie pression venant de sa mère qui ne comprend pas qu’elle veut avoir le choix de sa santé, si oui ou non elle veut donner un rein à sa soeur. Cette « mère » a toujours tout mis en oeuvre pour sauver sa première fille ça on ne peut pas lui reprocher mais à quel profit ? Aucun, vu qu’elle fait subir des opérations à sa seconde fille et qu’elle laisse son fils sombrer dans la délinquance… En bref, j’ai trouvé cette femme d’un égoïsme pur durant toute ma lecture au point que parfois je ne voulais même plus lire les chapitres où on passe de son point de vue. A chaque fois que je lisais ses pensées elle me répugnait ! Voilà ce que j’ai à dire pour ce personnage immonde. D’ailleurs, je trouve que la fin n’est que pure justice pour ce personnage…

Sinon, les autres personnages comme le père, qui est inexistant et qui se laisse dominer par sa femme et le fils pyromane ne sont pas vraiment intéressant… Normal, vu que l’auteur ne nous donne que quelques chapitres sur leurs pensées… J’ai quand même eu pitié de ces deux hommes perdus dans la tourmente de leur famille. Kate, je ne l’ai pas forcément appréciée… J’ai trouvé qu’elle jouait trop de sa maladie par certains moments et le fait que tout revienne à elle à chaque fois est très exaspérant. Anna est une personne très humaine et son combat force l’admiration, j’ai été triste de voir ce qui lui arrivait à la fin du livre. Les deux qui ont ajoutés un peu de romantisme et d’humour à ce livre sont Campbell, l’avocat d’Anna, et Julia, son tuteur.

Pour parler du livre en lui-même, il est très bien écrit, coupé en chapitre où l’on change à chaque fois de protagonistes. Cela donne un certain rythme et ainsi on peut voir le point de vu de chacun. Parfois, il est vrai qu’il y a certaines longueurs et qu’on a hâte de passer à autres choses par exemple les souvenirs que se remémore le père… Le plus spectaculaire reste cette fin. C’est là où le titre prend toute son ampleur. J’ai été très choquée de cette fin car je ne m’attendais pas du tout à cela. Du coup les personnages que j’ai moins aimé ont ce qu’ils souhaitent même si c’est en perdant quelqu’un de proche. L’épilogue m’a quand même fait verser quelques petites larmes.

Au final, c’est un livre qui m’a pris aux tripes, qui m’a bien retourné et il a du mérite pour cela. Il faut absolument le lire car il vaut le détour et donne à réfléchir. Je vais bientôt voir le film pour me faire une idée sur des images et voir si mon avis sur les personnages restent les mêmes. A suivre donc…


Avis sur le film :

Tout d’abord, je tiens à dire qu’encore une fois, le producteur ne tient pas vraiment en compte du livre mais se base plutôt dessus pour en faire quelque chose de pas vraiment similaire mais presque… Ce film ne fait pas exception, je n’ai retrouvé que peu de choses ressemblante au livre à part quelques répliques et certains personnages.

Je vais, à présent, parler des personnages, ils sont bien les mêmes que dans le livre, les acteurs ressortent bien les émotions des personnages du livre et cela m’a plutôt plu. Cependant, je ne voyais pas vraiment Cameron Diaz dans le rôle de la mère mais en fin de compte elle a bien joué ce rôle. Il y a d’autres personnages qui ont par contre disparus ou été changés, Julia n’existe pas dans ce film et le juge s’est transformé en femme… Allez comprendre, pourtant Julia a un rôle plutôt important dans la compréhension de la dynamique de cette famille et sont statut de tuteur d’Anna est assez important, de mon point de vue. Il y a aussi la famille, qui est là et qui entoure le couple et ses enfants, qui n’existe pas dans le livre. Il y a seulement la soeur de Sara, la mère, qui vit de temps en temps avec eux mais c’est tout… Bref, c’est assez similaire au livre et le jeu des acteurs est plutôt bon donc de ce côté là y a pas à se plaindre.

Sinon, pour ce qui est de l’histoire ce n’est pas la même chose… Comme dans le livre on a, au début du film, les avis de chaque protagoniste, et leurs souvenirs avec Kate et le reste de la famille. Pourtant l’action principale du livre est quand même le fait qu’Anna va en justice pour se faire émanciper sur les choix de sa santé, et bien que dans le film on a que quelques plans fait avec le juge au tribunal mais on n’en parle pas vraiment. J’ai trouvé ça dommage car le producteur a encore plus recentré l’histoire sur Kate. Déjà que dans le livre ça m’avait un peu frustrée et gênée, mais là c’est une tout autre Kate que j’ai découvert, une jeune fille qui est joyeuse et qui prend sa maladie avec plutôt bonne figure même si au fond elle souhaite mourir… Je l’ai trouvé moins agaçante mais le fait qu’on en revienne à sa maladie est dommage car forcément on oublie tous les autres personnages… Anna comprise… Le film est centré sur Kate et sa mère… Le père on peut l’oublier ainsi que le fils qui n’ont que quelques minutes de monologue et de souvenirs à nous faire partager… C’est vraiment dommage car j’ai eu l’impression vers le milieu du film que les mauvais côté du livre ressortaient étrangement !

La mère est telle qu’elle est dans le livre ! Une véritable égoïste ! Je trouve que sur ce point le producteur a bien fait ! Une scène est particulièrement représentative, c’est quand Kate veut aller à la plage… Si vous regardez le film, vous comprendrez absolument ce que je veux dire par là, dans mon avis sur le livre que je ne supporte pas ce personnage.

Pour finir, LE POINT NÉGATIF, La fin ! Ce n’est pas du tout, mais pas du tout, la fin du livre. J’ai été très déçue car pour moi c’est vraiment le moment le plus émouvant du livre car il choque et prend aux tripes vu qu’on ne s’y attend pas ! Pourtant, cette fin me laisse un goût très amer même si j’aurais préféré lire cette fin dans le livre. Je vous explique, tout le long du film on voit une famille qui essaie de garder le sourire face à la tragédie qui les attend. Elle souffre pas mal cette famille, on voit pas mal de scènes de crises et au final on se dit qu’ils ne sont pas si heureux que ça. On les plaint presque. Et à la fin, (attention au spoiler) Kate meurt et là, la famille continue à vivre, chacun change et réussit sa vie comme-ci au final Kate les avait empêchés de vivre et d’être heureux. Madame reprend son ancien boulot et gagne pleins de tunes, le frère fait une école d’art, papa s’occupe des jeunes en difficulté et moi je vis très bien… Non mais là c’est vraiment cucul la praline à souhait ! Et tellement injuste ! Je n’imagine même pas ce que peuvent penser les malades et leurs familles en regardant ce film, j’en suis presque écœurée…