China Girl de Kévin KWAN

 

Couverture China Girl

4ème de couverture :

Jamais trop riches, jamais trop snobs, jamais trop excentriques…

À la veille d’épouser le célibataire le plus convoité de l’Asie du sud-est, Rachel Chu se retrouve confrontée à un redoutable secret de famille. Une découverte qui va l’entraîner de Singapour à Shanghai et à Pékin où les nouveaux-riches chinois en surenchère de bling-bling et d’excentricité relèguent nos hit-girls occidentales au rang de jeunes filles rangées !
Ascension sociale, milliardaires en mal d’amour et de folies, scandales en tous genres… après Crazy rich à Singapour, Kevin Kwan nous introduit dans l’univers argenté et déjanté d’une jet-set asiatique qu’il connaît comme personne. Cinglant, fascinant et jubilatoire, un roman où (presque) rien n’est inventé.

« Un concentré de Gossip girl, Dynastie et de famille royale d’Angleterre. Les personnages de Kevin Kwan se conduisent de façon atroce – et c’est absolument hilarant. On adore ! »

Mon avis :

Vous aimez les livres parlant de modeuses riches et un peu déconnectées du monde réel ? Vous serez ravi de lire ce livre !

Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de lecture en commençant ce livre. Je m’attendais à beaucoup de secrets de familles et à une histoire assez triste au final. J’ai donc été très surprise de découvrir un monde hors du commun des mortels comme vous et moi, un monde où les « pauvres » sont des personnes qui n’ont « que » quelques millions dans leur portefeuille. Mais surtout j’ai été surprise par le ton assez mordant voir cynique mais pourtant drôle de l’auteur.

Alors si vous avez lu le résumé ne vous basez pas vraiment dessus. On ne découvrira Rachel que dans la 2ème partie du livre. La 1ère partie étant réservée à la présentation de ce monde dont je parle plus haut. Le monde des familles richissimes Asiatique, leur code et leur façon de vivre avec tout ce fric. Vous vous doutez qu’ils le dépensent sans compter et que quelques millions pour une oeuvre d’art n’est qu’une goutte dans leur fortune personnelle qui s’élève à plusieurs milliards. Bref, j’ai été très surprise par cette première partie un peu fourre-tout où on rencontre une multitude de personnages. Ne vous fiez donc pas à cette partie qui pourrait décourager. Elle n’est là que pour nous montrer comment vivent ces gens même si à mon avis on aurait pu couper cette partie en deux. Rachel nous montrera comment elle voit cette vie par elle-même plus tard. J’ai également eu du mal à me dire que ces personnages étaient tous asiatiques car la plupart ont des prénoms tout à fait commun, comme Astrid ou Eleonor. A part les noms et les « échanges » entre les personnages, qui sont parfois ponctués de mots chinois, on pourrait vite l’oublier et je me demande si ce n’est pas ce que voulait l’auteur car ces personnages riches sont comme les autres riches en Amérique ou en Europe…

Bref, comme dit l’histoire devient intéressante dans la 2ème partie où enfin on rencontre nos protagonistes principaux et que l’on peut se concentrer sur eux. L’auteur nous fait suivre plusieurs couples de personnages : Nick et Rachel, Carlton et Colette et Kitty et Astrid. Ces personnages sont vraiment intéressants à suivre. Nick vient d’une des familles les plus riches  d’Asie mais il s’est coupé de ça notamment grâce à sa rencontre avec Rachel, une jeune femme qui ne connaît pas son père mais qui va aller de révélations en révélations. Carlton est lui aussi un fils unique chouchouté par ses parents, qui aime les bolides et qui va vivre un accident qui va lui remettre les pieds sur terre. Colette est son amie (et plus si affinités), elle est vraiment gratinée, modeuse reconnue, suivie sur les réseaux sociaux et complètement dingue. Mes préférées ont été Kitty et Astrid. Kitty, une jeune femme qui sort d’on ne sait pas où et qui va se révéler très intéressante. Astrid, elle, est la cousine de Nick et sa vie n’est pas forcément rose car elle est avant tout une épouse dévouée qui va beaucoup se questionner sur sa vie. Cette dernière est la plus « nature » de tous ces riches qui vont passer dans le livre. Et il en passe des personnages haut en couleur. Je ne pourrais pas tous les citer car certains ont la particularité de venir et de disparaître aussitôt de l’histoire… Un point que je n’ai pas compris car certains avaient un potentiel comme la mère de Nick.

Les points forts de cette histoire sont toutes ces histoires de famille et le fait qu’à chaque fois on se demande jusqu’où ces personnes pourront aller. Ce que je retiendrais principalement c’est la solitude qui ressort de ces personnages. Au final, ils ont tous de l’argent mais aucun d’entre eux n’est réellement heureux sauf ceux qui ont su prendre du recul et vivre comme tout le monde. L’auteur est assez cynique par rapport à ce monde et le prouve vers la fin où Rachel va mettre les points sur les I avec l’un des personnages. Cette fin d’ailleurs, que je n’ai pas vraiment compris. J’ai eu l’impression d’avoir manqué quelque chose. En fait, cette fin a l’air d’être une révélation mais je ne l’ai pas comprise… Alors, j’ai l’impression de ne pas avoir eu de réelle fin. Mais d’un côté comment peut-on donner une fin à ce genre de livre ?  Les personnages continueront à  vivre leur vie de folie et à claquer leur argent n’importe comment de toute façon.

Pour conclure, c’est un livre sympathique, agréable à suivre dès que la 2ème partie commence. Les personnages sont hauts en couleur et retiennent notre attention par leur folie et leur nombreux dérapages. Cependant, le grand nombre de personnages et les mots chinois à chaque échange peut rendre la lecture laborieuse. Si vous aimez ce genre d’histoire vous pourrez donc être intéressé par celle-ci qui change un peu de celles des Riches aux Etats-Unis et/ou en Europe. De plus, les paysages Asiatiques décrits par l’auteur vous feront véritablement voyager.


Après quelques vérifications, je pense que ce livre est la suite directe d’un autre livre du même auteur « Crazy Rich à Singapour« … Du coup, je comprends un peu mieux certaines de mes incompréhensions et la façon de faire de l’auteur… Dommage qu’il n’y ait aucun élément permettant de prévenir le lecteur que ce livre est une suite… Du coup, ma note en demi-teinte s’en fait ressortir un peu plus…

Publicités

Je dépoussière… Prada & Préjugés de Mandy HUBBARD

Pour ce 3ème rendez-vous, je dépoussière un livre que j’avais bien aimé. Des années plus tard, je me souviens encore de cette histoire. Elle m’a bien marqué et j’aimerais vraiment la relire. Ce livre m’a un peu réconcilié avec le genre et depuis j’en ai lu quelques uns du même acabit. Je vous laisse découvrir la suite de mon avis ci-dessous :


Couverture Prada et préjugés

4ème de couverture :

En voyage scolaire à Londres, Callie, quinze ans, tente une sortie clandestine en boîte de nuit, chaussée de magnifiques escarpins Prada acquis sur un coup de folie. Mais pas facile de garder son équilibre sur des talons vertigineux. Callie trébuche et reçoit un coup sur la tête. À son réveil, elle croit toujours rêver : la voici transportée dans l’Angleterre de 1815, dans la peau d’une cousine américaine éloignée d’une riche famille anglaise? Multipliant les faux-pas sociaux et les anachronismes, Callie doit trouver un moyen de revenir à son époque, tout en mouchant ce jeune comte arrogant et un peu trop beau à son goût !

Mon avis :

Pour ce livre, j’ai été attiré, tout d’abord, par la couverture : Rose, cette couleur qui montre de la prétention, de la féminité et de la classe. Puis, quand j’ai lu le résumé j’ai été intéressée, une fille pleine de préjugés se retrouvant dans le XIXème Siècle, dans l’Angleterre ancienne et noble, pour se prendre une bonne leçon de vie : C’est pour moi !

Cette histoire ne m’a pas du tout déçu, il y a de l’action (bon pas comme dans les livres que je lis habituellement, mais je veux dire par là qu’il n’y a pas de temps mort), de l’humour, des mensonges et de l’âââmour.

Callie est une jeune adolescente qui n’a pas du tout confiance en elle. Elle croit que faire partie de l’élite de sa classe c’est le mieux qui puisse lui arriver mais elle va vite changer d’avis. Son voyage dans le temps va lui apprendre une autre vision de la vie. On la voit très bien évoluer tout au long du livre, changer d’avis sur sa façon de voir les choses ou de vivre sa vie et son comportement s’en trouvera modifié. Elle se démène par la suite contre son attirance pour le Duc : Alex, celui qui l’accueille chez lui. Elle se liera aussi d’amitié avec sa cousine : Emily. Callie se fera passer pour Rebecca, une amie d’enfance d’Emily, pour ne pas se retrouver à la rue.

Au final, Callie retournera quand même dans son présent mais relativement changée. La fin est prévisible mais mignonne. Cette histoire est donc parfaite pour les adolescentes et ça se ressent beaucoup pendant la lecture même si ça n’empêche pas à une adulte (comme moi), qui garde son âme d’ados midinette, de passer un très bon moment.