Je dépoussière… | Vivants de Isaac MARION

Résultat de recherche d'images pour "livre vivant de isaac marion"

4ème de couverture :

R est un zombie. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve.
Dans les ruines d’une ville dévastée, R rencontre Julie. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. C’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse.
Ce n’était jamais arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts.
Il veut respirer de nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Mon avis :

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre lors de cette lecture. Mais en ce moment, j’aime bien lire des livres avec des zombies même si je n’ai pas forcément envie de lire des scènes sanglantes à tout va.

Avec Vivants, on passe de l’autre côté, de celui des zombies. C’est plutôt rare qu’on sache ce que les zombies pensent, comment se déroule leurs journées… On rencontre donc R, personnage principal de cette histoire et il est un zombie.

En tout cas, quelle surprise cette lecture, plus j’avançais plus j’étais étonnée de la tournure des événements. Il fallait l’imaginer et c’est ce qu’à fait M. MARION. Qui aurait pu échafauder un remède si simple à une épidémie de zombies ? Dans aucun films on ne pense à ça et cette visualisation m’a vraiment transporté.

Il y a aussi ce savant mélange de romantisme dans ce monde qui se meurt. C’est le paradoxe principal de ce livre. Le fait qu’on retrouve de l’amour durant des scènes d’apocalypse donne un rythme et une ambiance qu’on aurait pu imaginer dans un livre d’horreur. L’amour de ces deux personnages qui pourtant n’aurait jamais dû se rencontrer ou même lier une relation est absolument touchante même si cela relève de l’impossible.

Les personnages ne sont pas beaucoup développés mais cela s’explique dans le fait que l’histoire ne se tourne pas vers le passé ou même l’avenir mais est centrée sur le présent et seulement cela. On n’apprend pas grand chose sur comment est partie l’épidémie ni sur ce qui leur arrivera par la suite mais le présent est rempli d’actions ce qui comble le manque d’informations. C’est un livre qui se lit vite et bien.

Bref, il n’y a pas beaucoup de défauts dans ce livre, il est bien même si il y a mieux c’est très divertissant et cela change de d’habitude.

Publicités

Un commentaire sur « Je dépoussière… | Vivants de Isaac MARION »

Donner votre vision

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s