Le pays du nuage Blanc de Sarah LARK

Couverture Le Pays du nuage blanc

4ème de couverture :

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d’une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l’aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l’héritier d’un magnat de la laine. Ni l’une ni l’autre ne connaissent leur futur époux.

Mon avis :

J’étais assez sceptique avant de commencer ma lecture. En effet, la 4ème de couverture faisait un peu passer les personnages pour des femmes naïves et délurées. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre à ce niveau et j’ai été agréablement surprise.

On rencontre Hélène et Gwyneira, l’une et l’autre sont âgées de 27 et 17 ans environ. Elles vont se rencontrer sur un bateau en partance de l’Angleterre vers la Nouvelle-Zélande. Les deux vont se marier mais ne connaissent pas leurs maris respectifs. Hélène est une Dame, une vraie, elle connaît les règles de bienséance et l’inculque aux plus jeunes car elle est perceptrice. Gwyneira vient d’une famille noble mais étant la cadette son éducation a été un peu plus lâche et elle a pour manie de traîner dans les champs en compagnie de son cheval et de son chien. Tous les oppose et pourtant elles vont devenir meilleures amies. Le fait qu’elles partent dans un pays inconnu vers une destinée toute aussi floue les rapprochera énormément.

Je me disais bien que si cette saga faisait trois tomes ce n’était pas pour rien. En effet, ce ne sont pas seulement les deux femmes que l’on va suivre mais carrément leurs descendances. Je ne m’attendais pas à m’attacher à ces deux femmes qui vont se retrouver dans des situations complètement contraire à ce qu’elles sont et ce qu’elles ont toujours vécues. On va les suivre années après années dans leurs vies de femmes et elles ne seront pas de tout repos.

On passera souvent du point de vue d’Hélène à celui de Gwyneira mais pas que. Les personnages secondaires ont autant d’importance. Comme je l’ai dit plus haut, tout ce qui gravite autour de nos deux héroïnes est important et l’auteur ne passera pas à côté. Ces personnages secondaires vont être passionnants à suivre et certains seront carrément détestables. Je ne pensais pas non plus lire certaines scènes assez dérangeantes et qui m’ont fait ressentir de fortes émotions.

J’ai également apprécié découvrir les paysages de la Nouvelle-Zélande encore sauvage et peuplée de Maoris. L’auteur arrive à nous faire entrer dans l’histoire grâce à ses descriptions et ses personnages hors du commun. Les Anglais vont se mélanger plus ou moins bien au peuple Maori et cela va donner également des échanges assez cocasses.

Ce que je pourrais reprocher à cette histoire ce sont les quelques longueurs. Pourtant, je les pardonne facilement car pour raconter l’histoire de deux vies si complexes et si détaillées on ne peut pas passez à côté des chapitres un peu plus lents.

Pour résumé, c’était une histoire passionnante avec deux héroïnes qui m’ont surprise et qui m’ont fait ressentir beaucoup d’émotions. Le fait que cela se passe en Nouvelle-Zélande rend les scènes plus fortes et leur donne plus d’impact. Certaines sont d’ailleurs complètement surréalistes et nous mette carrément mal à l’aise. Je suis donc ravie de ma lecture et j’ai hâte de connaître la suite.

Publicités

Un commentaire sur « Le pays du nuage Blanc de Sarah LARK »

Donner votre vision

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s