Un éclat de Givre d’Estelle FAYE

Couverture Un éclat de givre

4ème de couverture :

Un siècle après l’Apocalypse. La Terre est un désert stérile, où seules quelques capitales ont survécu. Dont Paris.
Paris devenue ville-monstre, surpeuplée, foisonnante, étouffante, étrange et fantasmagorique. Ville-labyrinthe où de nouvelles Cours des Miracles côtoient les immeubles de l’Ancien Monde. Ville-sortilège où des hybrides sirènes nagent dans la piscine Molitor, où les jardins dénaturés dévorent parfois le promeneur imprudent et où, par les étés de canicule, résonne le chant des grillons morts. Là vit Chet, vingt-trois ans. Chet chante du jazz dans les caves, enquille les histoires d’amour foireuses, et les jobs plus ou moins légaux, pour boucler des fins de mois difficiles.
Aussi, quand un beau gosse aux yeux fauves lui propose une mission bien payée, il accepte sans trop de difficultés. Sans se douter que cette quête va l’entraîner plus loin qu’il n’est jamais allé, et lier son sort à celui de la ville, bien plus qu’il ne l’aurait cru.

 

Mon avis :

Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce titre. Je vous en ai parlé plusieurs fois déjà. J’étais tombée sous le charme de sa couverture et après avoir lu la 4ème de couverture et rencontré l’auteur, j’avais craqué.

Je ne regrette pas cet achat complètement fou et imprévu. Bien au contraire c’est un objet que je garderai avec plaisir dans ma bibliothèque.

Alors ce n’est pas non plus un coup de coeur ni non plus une histoire qui me perturbera pendant plusieurs jours. Non, le but n’étant pas là. L’histoire n’est pas moralisatrice au contraire, Estelle FAYE nous montrera comment Paris s’en est sortie, comment elle reste LA plus belle ville du monde, avec ses déchirures et ses « nouveaux » habitants. J’ai particulièrement apprécié l’ambiance qu’a su imposer l’auteur. Comme le montre la couverture, Paris est une ville cassée qui sait garder toute sa splendeur et on le ressent dans les descriptions. J’ai aimé vagabonder dans les rues de cette ville complètement différente avec Chet.

En parlant de lui. Il est assurément l’ATOUT de cette histoire. Sans lui, sans son caractère, son aura et sa ténacité, l’histoire n’aurait pas le même intérêt. Chet est un personnage qui a su me faire rire, pleurer, m’énerver et m’inquiéter. Comme un ami, on le suit et on a envie de l’aider dans ses moments de perdition. Estelle FAYE a vraiment travaillé ses personnages, surtout Chet mais ne croyez pas que les personnages secondaires ne seront pas tout aussi intéressants. Chet est étrange de prime abord, d’ailleurs, au début, je ne savais pas vraiment de quel sexe il était. Son talent est tout aussi bizarre mais sa façon d’être est juste inoubliable et on ne peut que l’apprécier. Il a une vie assez décousue et ses tendances sexuelles peuvent en laisser perplexe plus d’un mais il a cette humanité, cette façon d’être avec les autres qui fait qu’on ne voit que le bon en lui. Il a également un sacré humour que j’ai énormément apprécié.

Vraiment, il y a comme une osmose qui se créé entre nous et les personnages, c’est comme s’ils étaient là sous nos yeux, comme si on était un voisin un peu trop curieux qui suivrait d’un peu trop près ce qu’il se passe dans la vie et dans la tête de Chet. C’est comme si on était un peu Sybil, cette enfant avec des pouvoirs sensoriels et psychiques énorme et qu’on pouvait entrer dans la tête de tout le monde. Je me suis réellement sentie proche de tous les personnages de lors première apparition jusqu’à leur disparition (d’ailleurs il me manque quelques éléments de réponses notamment après la disparition d’un personnage qu’on ne verra même pas dans l’épilogue et dont on ne sait même pas ce qu’il devient…). Estelle FAYE a vraiment du talent dans le travail de ses personnages.

Quant à l’histoire vous allez me dire. Et bien, c’est une histoire qui pourrait être plutôt banale. Une guerre a ravagé le monde et les quelques survivants vivent tant bien que mal dans cet univers assez étrange. Une drogue va poser quelques problèmes à des amis bien placés de Chet et malheureusement, il va se retrouver embrigadé dans ces histoires. Malgré tout, j’ai eu quelques soucis avec une partie de ma lecture. Pour un bouquin de 240 pages environ j’ai mis beaucoup de temps à le lire. C’est étrange, c’est une impression un peu brouillonne et je n’ai pas envie de porter du tort à ce livre qui reste quand même une très bonne lecture mais je préfère vous avertir de ce qui m’a embêté. Déjà le fait qu’on est pas certaine réponse à nos questions (cf. la disparition de certains personnages) mais aussi que parfois il y a certaines facilités (cf. un passage où Chet se retrouve dans les égouts mal en point et que comme par miracle quelqu’un est là pour l’aider). Alors certes, il y a ces petites choses mais aussi peut être cette histoire de drogue qui m’a laissé parfois perplexe et les tendances sexuelles de Chet qui m’ont parfois gênée (pourtant il m’en faut plus mais je préfère le préciser au cas où).

Au final, c’était une lecture vraiment sympa avec un gros coup de coeur pour le personnage principal qui est travaillé jusqu’au bout des ongles, qui est entier et terriblement attachant. Une histoire qui tient la route malgré quelques mini-bémols. Un final qui m’a laissé satisfaite et encore plus attachée à Chet.

 

Publicités

Donner votre vision

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s