172 heures sur la lune de Johan HARSTAD

Couverture 172 heures sur la lune

4ème de couverture : 

Des années que le sol lunaire n’a pas été foulé par l’homme. Pour Mia, Midori et Antoine, l’heure du départ approche…
Alors que Midori y voit un ticket gagnant pour la liberté, loin de sa vie étriquée au Japon, pour Mia, c’est l’occasion rêvée de faire enfin connaître son groupe de rock et de devenir célèbre. Quand à Antoine, il ne souhaite qu’une chose : mettre autant de kilomètres que possible entre lui et son ex-petite amie.
Mais ils sont loin d’imaginer que ce qui les attend sur la face cachée de la Lune est bien pire.
Et dans l’immensité noire de l’espace, personne ne viendra les sauver…

Mon avis :

Alors mon avis va être assez mitigé. Cette histoire ne m’a pas convaincue et même si certains points sont intéressants, beaucoup de choses ont fait que cela ne paraissait pas réellement censé et la façon de mettre en place les actions m’a également gênée.

Commençons d’abord par l’histoire. C’est simple, la Nasa veut remettre le voyage spatial au goût du jour et le meilleur moyen de le faire c’est d’inviter 3 ados sur la Lune grâce à une loterie mondiale. Déjà là, j’ai trouvé ça un peu gros. On passe un trèèèèès long moment sur la description de la vie des 3 ados dont on sait rapidement qu’ils seront les heureux élus. Je suis d’accord qu’il faut bien placer l’action et les personnages à un moment donné mais ici avec ce genre d’histoire on n’a pas besoin de la moitié du bouquin pour le faire. De plus, j’aurais préféré les suivre pendant leur formation plutôt que dans leurs déboires d’ado (référence à Antoine et son amour limite obsessionnel pour son ex…). Bref, c’est le GROS point noir de ce livre, le fait que l’auteur préfère nous parler des histoires de ses personnages plutôt de ce qu’ils préparent à faire et à vivre. Parlons en de ce qu’il va se passer, tiens! On sait assez rapidement ce qui va arriver, malheureusement dès les premières pages on nous le fait bien comprendre… Encore une fois c’est gâcher le potentiel suspens de cette histoire. Sinon, après la moitié du livre l’action se met enfin en place et là encore je trouve que ça restera fade. Les morts surviennent rapidement et l’explication n’est pas assez approfondie. Au final, on attend beaucoup pour pas grand chose.

Pourtant tout se prête à ce qu’on accroche. Dès les premières pages, j’ai été enchantée par la mise en forme. Le fait de cacher les noms des Hauts Responsables de cette mission lunaire. Le fait de mettre des plans, des photos et de se baser sur des faits réels rendait le tout réellement intéressant. Ce manque d’approfondissement et d’exploitation est ce qui gâchera le reste.

Passons aux personnages. Ici on a surtout 3 ados : Antoine, le français, Midoki, la Joponaise et Mia, la Norvégienne (normal l’auteur en est originaire). On va vite se rendre compte que l’auteur a une préférence pour cette dernière et qu’elle va supplanter les autres rapidement. Encore une fois, dommage, car les autres pouvaient se révéler intéressant, notamment Antoine (et pas parce qu’il est français!) mais il aurait pu faire plus, développer sa relation avec Mia, se rendre beaucoup plus utile que ce que l’auteur nous a donné, etc… Les astronautes professionnels sont pas mal non plus, sur ce point je ne suis pas déçue car on apprend à les connaître (même si c’est dans les moments critiques) et on s’attache vite à eux et à leurs rôles d’adultes qui sont pourtant si fragiles.

Au final, c’est une histoire pour les ados, comme je ne l’apprécie pas, on les prends un peu pour des neuneus qui ne savent pas réfléchir et ne méritent pas un texte un peu plus approfondi et plus exploité. Je trouve ce constat dérangeant. Plusieurs fois cela m’a sauté aux yeux, dans de nombreux livres jeunesses et je ne trouve pas ça normal. Cette histoire aurait pu être un roman de science-fiction avec plein de suspens, avec une vraie ambiance cinématographique et avec des personnages charismatiques. La fin reste tellement prévisible que j’aurais pu m’arrêter à quelques chapitres de la fin sans problème. Pour moi une grosse partie de ce livre reste un beau gâchis. C’est dommage…

Publicités

3 commentaires sur « 172 heures sur la lune de Johan HARSTAD »

  1. Moi je le trouve parfait, des le début on nous tire le portrait des trois jeunes, et ce que j’aime c’est qu’on comprend en peu de temps leurs caractère, leurs vies et leurs façons de voir, ça ne s’étale pas en longueur, et j’aime aussi le fait que les entraînements, la préparation avant le voyage soit en partie “zapper”. C’est vrai que la fin est prévisible, mais je trouve que ce roman nous plonge parfaitement dans l’horreur. J’avais la réel impression d’être a sa place, et pour la première fois de ma vie je tremblais de peur en lisant un roman. Il est simple, il va dans le vif, je l’ai adorée. J’aurais adorer que la partie du voyage soit plus longue, et que sur cette partie ce soit éventuellement a rallonge Et j’aime aussi que l’auteur est inclus des faits réels, ça pousse a envisager toutes sortes d’histoires a propos de cette fameuse lune. Et après avoir lu ce livre, je tire un trait définitif sur une quelconque envie d’explorer la lune !

    J'aime

Donner votre vision

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s